Tag Archive | Ruben Saillens

Il nous faut tous naître de nouveau

Si quelqu’un n’est pas né de nouveau, il ne peut pas voir le royaume de Dieu.

Jean 3. 3

Mais à tous ceux qui l’ont reçu (Jésus) , il leur a donné le droit d’être enfants de Dieu, c’est-à-dire à ceux qui croient en son nom.

Jean 1. 12

Une heure avant de naître, que savions-nous du monde ? Si quelqu’un nous avait expliqué que nous allions devoir respirer, qu’un jour nous marcherions, que le monde est bien plus vaste que le sein maternel, à supposer que nous ayons pu le comprendre, qu’aurions-nous pu croire ? Or entre notre monde et le royaume de Dieu, il y a encore plus de différence qu’entre le sein maternel et notre présence dans ce monde.

Et comme pour venir au monde il nous a fallu naître, il nous faut une naissance nouvelle, une naissance d’en haut, pour entrer dans le royaume de Dieu. Peut-être vous demandez-vous comme Nicodème, à qui Jésus a révélé cette nécessité de naître d’en haut : «Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ?» (Jean 3. 4). Alors écoutez la réponse de Jésus : «Ce qui est né de la chair est chair ; et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas de ce que je t’ai dit : Il vous faut être nés de nouveau» (Jean 3. 6, 7). Cette naissance d’en haut dont parle Jésus est spirituelle. Elle tire son origine de la Parole de Dieu, de la foi en Jésus, et de l’action de l’Esprit Saint en nous. C’est pour cela qu’il nous faut lire les évangiles avec ouverture d’esprit et humilité en priant le Seigneur :

“Seigneur, donne-moi de naître de nouveau. Seigneur, à toi j’abandonne ma vie pour la retrouver élargie dans un monde nouveau”. (R. Saillens)

Un peu plus tard, il déclare à ses disciples: «Si vous ne vous convertissez pas et ne devenez pas comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux» (Matthieu 18. 3). Le Seigneur Jésus présente à ses interlocuteurs un but et une condition:

– le but: entrer dans le royaume de Dieu.

– la condition: naître de nouveau, y entrer comme un petit enfant.

Tout être humain se trouve par naissance dans le domaine naturel dont Dieu est exclu par la prétention humaine à la connaissance. Incapable de sortir lui-même de ce domaine, il est invité par Dieu à mettre sa confiance, sans résistance et sans raisonnement incrédule, dans le salut que Christ lui propose. C’est en quelque sorte trouver la fraîcheur de la confiance que manifeste si spontanément un enfant. « Père, Seigneur du ciel et de la terre,… tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et… tu les as révélées aux petits enfants. » Luc 10. 21

« Le monde, par le moyen de la sagesse, n’a pas connu Dieu. » 1 Corinthiens 1. 21

Remarquons bien que retrouver l’esprit d’un enfant ne consiste pas à abdiquer l’intelligence, à affecter la naïveté ou à jouer les adultes immatures. C’est tout à la fois beaucoup plus simple et beaucoup plus difficile: c’est faire confiance à Dieu simplement, croire ce qu’il a donné dans sa Parole. Avons-nous su faire taire en nous cette voix de la sagesse humaine pour écouter la sagesse de Dieu? Sommes-nous venus à Jésus avec la simplicité et la confiance d’un enfant pour entrer dans ce domaine divin: le royaume de Dieu?

Priez les uns pour les autres

Priez les uns pour les autres
(Jacques 5.16)

Si le nom d’un ami vous revient à l’esprit,
Ou de quelqu’un par qui votre coeur fut meurtri
A cause d’une offense, ou légère, ou cruelle,
Priez pour lui ! – Peut-être est-il, en ce moment,
Seul, dans quelque péril ou quelque affreux tourment ;
Il a besoin de vous, et Dieu vous le rappelle !

Et lorsqu’il vous sera donné de le revoir,
Il vous dira peut-être :  » Au fond du désespoir,
Tel jour j’allais sombrer… Une force inconnue,
(Comme si, quelque part, quelqu’un priait pour moi,)
Me fit lever au ciel le regard de la foi…
Depuis lors, la terreur n’est jamais revenue. »

Alors, vous souvenant que ce fut ce jour-là
Que le nom de l’absent à vous se rappela
Et fut, par votre amour, porté jusques au Père,
Vous lui direz : « Ami, peut-être qu’à mon tour,
Plus tard, j’aurai besoin de ton fidèle amour :
Que ta pensée, aussi, se transforme en prière ! »

Ruben Saillens

Extrait du recueil « Sur les Ailes de la foi – poésies chrétiennes » (Editions de Foi et Vie, 48 rue de Lille, Paris, 1921, p.92)

La Bible

Bible

Ce poème est extrait du troisième recueil de poésies publié par Ruben Saillens, « Sur les Ailes de la Foi », imprimé en 1921 (le titre de ce recueil a été repris, quelques années plus tard pour un recueil de cantiques qui a connu jusqu’à ce jour une très longue carrière).

I

L’Humanité déchue était jadis pareille
À quelque voyageur égaré dans la nuit :
Le bruit le plus léger que perçoit son oreille,
Un rameau de bois mort tombant derrière lui,

Lui donnent le frisson des choses inconnues ;
Il avance en tremblant comme dans un tombeau,
Car les astres amis se sont voilés de nues,
Et des souffles d’orage ont éteint son flambeau.

S’il marche, il va rester au fond des précipices,
Et s’il s’arrête, un froid mortel le saisira…
Ah ! par pitié, brillez, astres propices,
Aux yeux du voyageur, qui, sans vous, périra !

Le ciel entend ses cris ; perçant ses sombres voiles,
Mille lampes d’argent scintillent dans la nuit ;
L’homme, alors, le regard levé vers les étoiles,
En attendant le jour, voit sa route, et la suit.

II

Cette nuit, que la peur emplissait de fantômes,
Cette nuit du péché, dérobait à nos yeux
La beauté de la terre et la splendeur des cieux.
Et ce flambeau, c’était la sagesse des hommes :

Flambeau qui vacillait près du gouffre béant,
Jetait au vent du doute une dernière flamme
Et mourait… Le mystère enveloppait notre âme,
Et l’immortalité n’était que le néant.

Plus même que la mort, la vie était funeste,
Car est-ce vivre, ô Dieu, que d’errer loin de toi ?
C’est alors qu’apparut à la naissante Foi
Ta Parole, Seigneur, ta lumière céleste !

Comme on voit, un par un, briller au firmament
Les clous d’argent dont la beauté des nuits est faite,
La Révélation, prophète après prophète,
Dans notre ciel obscur se leva lentement.

Même confuse, éparse, inachevée encore,
Elle montrait la voie aux hommes égarés.
Vous n’étiez pas le jour, écrivains inspirés,
Mais vous étiez déjà des promesses d’aurore !

Vous avez précédé l’Etoile du matin
Qui parut, et brilla plus que vous tous ensemble.
Et bientôt se fondra votre rayon qui tremble
Dans le jour qui se lèvre, à l’orient lointain !

III

Brillez encor, pures étoiles,
Puisque ce jour tarde à venir !
Sur le présent, sur l’avenir
L’erreur étend toujours ses voiles,

Cependant que l’humanité
Marche aux lueurs d’un incendie,
Et, par ces flammes éblouie,
N’aperçoit pas votre clarté !

Brillez sur l’âme criminelle !
Jusqu’aux gouffres les plus profonds
Faites naître, par vos rayons,
L’espoir de la Vie éternelle !

Éclairez tous ceux que séduit
L’éclat d’une science vaine,
Feu follet, lumière incertaine
Qui rend plus sinistre la nuit !

Consolez ceux pour qui la terre
N’a que des moissons de douleurs !
Que leurs regards, voilés de pleurs,
Voient par vous le regard du Père !

Sans vous, d’horreur environnés,
Beaucoup sont morts avant l’aurore.
Pour ceux qui veulent vivre encore,
Pages divines, rayonnez !

Le glaive de l’anabaptiste

Récemment, je me suis intéressé aux œuvres de Ruben Saillens (1855-1942), pasteur Français ayant écrit plusieurs ouvrages en français et en anglais. Grâce à sa maîtrise de l’anglais (rare à son époque), il traduisit les paroles de bon nombre de chants, dont 53 chants qui se trouvent aujourd’hui dans le recueil célébrons Dieu, que mon assemblée au Québec utilise.

Lisez aussi un article similaire sur Témoin anabaptiste.

Ruben Saillens était très intrigué par les anabaptistes, avec lesquels les baptistes partageaient une longue histoire commune. Il relate dans l’un de ses ouvrages sa rencontre avec un anabaptiste en Suisse. Il nous transmet aussi quelques récits datant de plusieurs siècles qui illustrent bien l’esprit de non-résistance qui les animait. Saillens lui-même remarqua que c’était là la différence majeure entre les anabaptistes et les baptistes ou les protestants.

Voici l’un des récits qu’il rapporte dans l’Ami de la Maison :

« Le dogme principal des anabaptistes, celui qui les distingue de toutes les autres sectes religieuses du continent européen (la Société des Amis, ou Quakers, étant surtout anglo-saxonne), c’est le principe de la non-résistance. Eux-mêmes s’appellent les Chrétiens sans défense ; ils refusent de porter des armes, même pour résister aux voleurs de grand chemin ; ils ne sont, par conséquent, ni soldats, ni gendarmes, ni gardes-champêtres ; ils prennent à la lettre l’ordre de Jésus-Christ : « Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre ». Ils ont l’héroïsme de la paix. Cette secte a vécu dans les pays du monde les plus batailleurs, et dans les époques les plus agitées, recevant des coups de tous les belligérants et n’en rendant jamais aucun ; foulée aux pieds par toutes les armées, comme l’herbe des champs sous le pas des chevaux, qui se redresse pour repousser ensuite drue et vivace comme auparavant.
Sur toutes les questions fondamentales : – foi dans la Bible et dans le Sauveur ressuscité – les anabaptistes ressemblent aux autres chrétiens évangéliques.
J’avais beaucoup entendu parler de ces anabaptistes, sans en avoir jamais vu un seul. J’avais lu sur leur compte des anecdotes très intéressantes ; celle-ci entre autres :
Un jour, pendant la guerre de Trente-Ans, en Allemagne, un parti de fourrageurs s’arrête devant la porte d’un anabaptiste :
« Eh ! Bonhomme, dit le chef de l’escouade, montre-nous un champ de trèfle où nous pourrons faire du fourrage pour les chevaux du détachement !
– Volontiers, répondit le vieillard, suivez-moi, Messieurs. »
Il conduit les soldats le long d’un chemin au bord duquel s’étalaient des champs superbes : « Il n’est pas nécessaire d’aller plus loin, mon vieux, dit l’officier ; voici du foin qui fera très bien notre affaire. »
Mais l’anabaptiste continua de marcher : « Faites-moi le plaisir, dit-il d’un air presque suppliant, d’avancer encore un peu ; je vous montrerai un champ où vous aurez de l’herbe en suffisance. »
L’officier, supposant que le bonhomme voulait leur offrir ce qu’il y avait de mieux dans le pays en fait de fourrage, continue à le suivre. On arrive enfin à une pièce de terre assez grande, mais où le trèfle n’était pas meilleur ni plus beau que celui qu’on avait passé :
« Voilà, Messieurs, prenez-en à votre aise !
– Mais pourquoi donc, cria l’officier en colère, nous avoir menés si loin, puisque tu ne nous donnes rien de mieux que ce que nous aurions pu récolter bien avant ?
– Je vais vous dire, répondit l’excellent homme. Les champs que nous avons vus sont ceux de mes voisins, celui-ci est le mien. Puisqu’il faut que quelqu’un soit dépouillé, j’aime mieux que ce soit moi. »
L’officier fut surpris de cette naïveté sublime, de cet héroïsme si simple, mais si supérieur au sien !
Aimez-vous ce genre de grandeur d’âme ? Ces anecdotes-là vous reposent-elles un peu des hauts faits guerriers, de l’odeur de sang et de poudre qui se dégage des annales de l’humanité civilisée ? » (L’Ami de la maison, juillet 1895)

Si un homme te frappe sur une joue, présente aussi l’autre

Aquitaine1

Voici un autre récit au sujet de la non-résistance anabaptiste.
Attention : je ne relate pas ces histoires par vantardise. Je veux seulement démontrer que la non-résistance, que je considère être un principe biblique, peut apporter beaucoup de bénédictions, même sur cette terre. Mais ce n’est pas à cause des bénédictions terrestres que je soutiens que nous devons pratiquer la non-résistance, mais par obéissance à la Parole de Dieu, qui enseigne que le royaume de Dieu n’est pas sur cette terre et que nous devrions tendre l’autre joue lorsqu’on nous frappe sur l’une. Tuer un homme, ou même récriminer lorsque l’on cherche à nous faire le mal, ne concorde pas avec les principes de l’amour enseignés par Jésus.

Je rends maintenant la parole à Ruben Saillens:

 Écoutez encore ce petit trait ; il est amusant et véridique :
Un anabaptiste et sa femme dormaient en paix dans leur cabane au bord de la route, lorsqu’une bande de jeunes gens, revenant de festoyer du village voisin, vinrent à passer.
« Tiens, voilà la maison de Chose, le vieil anabaptiste… Si nous lui jouions un bon tour ? dit l’un d’eux.
– Oui, mais lequel ?
– J’ai une idée, cria le boute-en-train de la troupe. Nous allons lui démolir son toit, sans le réveiller, si c’est possible. Il aura ainsi le plaisir de dormir à la belle étoile sans le savoir. »Voyez-vous leur épatement, au matin, en ne voyant plus de toit sur leur tête ? (Je ne garantis pas le mot : épatement ; il est d’invention récente ; mais les vauriens de tous temps ont eu un argot à eux.)
L’idée fut aussitôt approuvée, et voilà nos jeunes gens montés sur le chaume, qu’ils ôtent gerbe à gerbe, silencieusement, avec des rires étouffés…
Mais le bonhomme ne dormait que d’un œil. Il s’éveille en plein, entend un peu de bruit, lève la tête, voit les étoiles briller par un large trou au-dessus de lui. Il entend des voix qui chuchotent ; il a compris…
« Femme, dit-il à sa moitié endormie près de lui, lève-toi promptement et prépare du café. »
La femme obéit, et tous deux sont lestement habillés. Puis, l’anabaptiste ouvre sa porte et crie aux jeunes gens :
« Mes amis, vous faites un travail fatigant. Quand vous aurez fini, j’espère que vous voudrez bien nous faire le plaisir d’entrer et de boire un peu de café chaud, cela vous reposera. »
Le tonnerre tombant au milieu d’eux n’aurait pas produit plus d’effarement dans la troupe que l’apparition et le simple langage du bonhomme.
Tous nos jeunes gens, penauds, descendirent du toit sans dire mot, et pressés par le chrétien et sa femme, entrèrent chez lui.
Le café était prêt ; on le but. Le vieillard adressa à ses jeunes hôtes quelques paroles chrétiennes et affectueuses ; plusieurs furent touchés. Enfin, le boute-en-train s’écria :
« Tout ça, mes amis, c’est très bien Mais maintenant que nous avons découvert le toit, il faut le remettre en place. »
Ainsi fut fait. Quelques gerbes de paille neuve remplacèrent le chaume pourri, et la cabane se porta mieux… « Douceur fait plus que violence ».
Mais aurai-je le temps de vous raconter ma visite à la ferme de l’anabaptiste ? Mes histoires ont pris toute la place, et me voilà forcé d’écrire ici, comme pour un roman-feuilleton, la formule consacrée : « la suite au prochain numéro ». »
(L’Ami de la maison, juillet 1895)