Tag Archive | Société évangélique de bibles et de traités

Nouvelle naissance au Togo (partie I)

[Voici le début du récit d’un Togolais, racontant d’abord comment il a rencontré Dieu, puis éventuellement comment il a cherché une Église qui enseigne et pratique réellement tous les préceptes bibliques. Son témoignage, paru récemment en anglais dans une revue missionnaire de l’Église de Dieu en Christ, m’a semblé assez remarquable pour être partagé sur mon site. L’histoire est assez longue, donc je la publierai en plusieurs articles séparés. Bonne lecture!]

Ma nouvelle naissance et comment Dieu m’a conduit à l’Église de Dieu en Christ, mennonite.

Frère Yovo Abalo

1984 …
Au cours des vacances scolaires d’Akpade, j’étais allé rendre visite à un ami du village qui s’était installé à Atakpamé. Un mercredi après-midi, tout en marchant, nous nous sommes approchés de l’église de mon ami.
Il m’a dit qu’ils avaient une réunion de prière et que nous devrions y aller. Je lui ai dit alors que j’avais l’intention d’être un chrétien un jour, mais pas dans l’Église qui baptise des nourrissons et adore les saints. À une époque, j’habitais chez quelqu’un qui allait à ce genre d’Église à Atakpamé; lorsque le culte était terminé, les gens continuaient dans leurs pratiques païennes et idolâtres. Je me suis rendu compte que leur raison d’aller à l’église n’était pas pour changer leur cœur, mais pour être enterré dans un cimetière. Je ne voulais pas mélanger le christianisme et l’idolâtrie. Mon ami m’a dit que leur Église, qui se ressemblait le septième jour, était différente de l’Église dont je parlais et qu’ils pratiquaient les commandements de Dieu. Il n’acceptait pas que je refuse d’entrer et me persuada finalement de venir me rendre compte moi-même de leurs pratiques.
En entrant dans l’église, j’ai remarqué qu’on chantait sans instrument de musique, même pas un tambour! Presque immédiatement, j’ai ressenti un grave mal de tête, ce qui m’a troublé.
Ce soir-là, les fidèles ont prié à propos de beaucoup de choses, mais mon cœur n’était pas à l’église en raison de la douleur causée par mon mal de tête; je voulais partir. Le culte, qui dura environ une heure, me semblait s’éterniser. Je me suis demandé, « pourquoi dois-je avoir ce mal de tête maintenant, quand je viens au temple de mon Créateur? Est-ce que tous les autres ont aussi des maux de tête? » Je ne pouvais pas répondre à ces questions. À la fin du service, le pasteur m’a donné un Nouveau Testament.
L’amour que j’ai observé et ressenti parmi les membres et envers moi était très précieux pour moi. Quand je suis rentré chez moi, j’ai lu le Nouveau Testament. Le mal de tête a continué et j’ai arrêté de lire pour la soirée. Puis vint le temps où je voulais aller dormir.
Beaucoup de questions traversaient mon esprit. Je savais que Dieu m’avait créé, mais alors pourquoi ce mal de tête avait-il commencé dès que j’étais allé à l’église. J’ai dit, «puisse mon mal de tête se dissiper ». Après avoir dormi pendant un moment, je me suis réveillé sans mal de tête. Dans la nuit, j’ai lu un peu dans le Nouveau Testament de la Bible. J’ai lu comment Jésus a commencé son ministère de prédication et de guérison. Quand j’ai lu comment il prêchait et guérissait avec autorité, ça m’a donné une grande joie. Quand j’ai lu comment ils l’ont persécuté, j’ai été troublé. Enfin, j’ai lu comment il chassa les mauvais esprits. J’ai dit, « Il peut me guérir de cette même façon et rejettera tous les mauvais esprits dans ma vie. » J’avais une maladie spirituelle; je me mettais parfois très en colère. Quand j’étais à l’école, j’avais lu beaucoup de livres sur la colère afin de trouver une solution, mais je n’en avais trouvé aucune. J’ai dit « Que Jésus me guérisse comme il guérissait tous ceux qui venaient à lui. Puisse-t-il chasser les mauvais esprits dans ma vie comme je lis qu’il l’a fait dans la Bible. » J’ai trouvé qu’en lisant la Bible et en parlant de cette manière, je ressentais un vrai bonheur et que cela m’attirait très proche de la Parole de Dieu. Je crois que c’est à ce moment-là que je suis né de nouveau; d’autres ont également témoigné du changement dans ma vie.

En continuant d’aller à l’église de mon ami, j’ai finalement décidé de devenir membre de celle-ci. J’ai demandé plus de livres d’étude et enfin je me suis inscrit à un programme d’étude par correspondance de cette Église. À travers ces études, on m’a appris que ni Jésus ni ses apôtres n’avaient jamais transgressé le jour du sabbat et que ceux qui le transgressent iront en enfer. Mais en lisant le Nouveau Testament, j’ai lu dans l’Évangile de Jean que c’était parce que Jésus avait transgressé le sabbat que les Juifs voulaient le tuer. J’ai aussi lu que Jésus avait guéri un homme le jour du sabbat, puis lui avait dit de porter son lit et de marcher. C’était aussi contraire à la loi des Juifs. J’ai commencé à remettre en question l’enseignement qui préconisait tant d’honorer le septième jour. Un dimanche, j’ai vu beaucoup de gens qui rentraient chez eux de l’église et je me suis demandé
« Est-ce que tous ces gens sont perdus parce qu’ils n’adorent pas le jour du sabbat? Une voix en moi me dit : « Non ». Encore une fois j’ai demandé, «Où est la vérité? » La voix m’a répondu:« Dans la Bible. » J’ai décidé de continuer à lire la Bible pour trouver et suivre la vérité. Quand je suis arrivé chez moi, j’ai dit à mon ami que je n’irais plus à son église parce qu’ils n’enseignaient pas la vérité concernant le jour du sabbat. Plus tard, d’autres membres de l’église m’ont demandé où j’avais lu dans la Bible que ce n’est pas obligatoire d’observer le sabbat. Ils me lisaient des Écritures de l’Ancien Testament. Je leur ai dit que j’avais seulement lu le Nouveau Testament que le pasteur m’avait donné, et j’y avais trouvé que les Juifs haïssaient Jésus parce qu’il n’avait pas respecté le jour du sabbat. Paul a également enseigné au sujet du sabbat. Ils ont acquiescé lorsque je leur ai dit que la vérité est dans la Bible. Je leur ai dit que je voulais juste suivre la vérité, pas une Église. Ils m’ont répliqué de ne pas arrêter de venir. Cette semaine-là, quelqu’un m’a donné un livre qui parlait d’une Église qui pratiquait le baptême par immersion des adultes. Je lui ai raconté mon expérience et mes déceptions dans les faux enseignements de mon ancienne Église et de ma décision de simplement rester à la maison, afin de ne plus être à nouveau déçu.
Il m’a dit que leur Église enseignait seulement la Bible et que si j’arrêtais d’aller à l’église pour y entendre la parole de Dieu, je deviendrais faible et le diable se saisirait de moi. Il m’a dit que si je ne voulais pas aller avec lui à son Église que je devrais certainement choisir une autre Église, mais surtout pas rester à la maison.

À suivre …

(partie II)

Lire la Suite…

Pourquoi distribuer des brochures évangéliques?

Pourquoi distribuer des brochures évangéliques?

1. Ces tracts peuvent s’introduire dans des milliers de foyers et y rester, vous ne le pouvez pas.
2. Les tracts ne se mettent jamais en colère et ne se prennent pas au piège de la dispute.
3. Les tracts n’ont jamais peur de proclamer l’évangile.
4. Les tracts ne font pas de compromis.
5. Les tracts ne se découragent jamais.
6. Les tracts peuvent voyager partout.
7. Les tracts peuvent travailler 24 heures par jour.
8. Les tracts sont bon marché.
9. On peut lire un tract à maintes reprises.
10. Les tracts comprennent des saintes écritures, que Dieu utilisera et bénira (Ésaïe 55.10,11)
J’ai trouvé cette liste sur le site d’un frère (Jean-Luc Toews), un américain adopté d’Haïti. http://operationnoah-jt.blogspot.in/

Et voici une courte histoire, qui devrait nous rappeler la gravité de notre mission :

Pas en enfer
« Mais il y a donc des tracts partout! » s’écria un jeune homme moqueur alors qu’un chrétien lui tendait une brochure évangélique un après-midi. « Non » lui réplique calmement le chrétien, «vous n’en trouverez pas en enfer», puis il le quitta. Dieu enfonça cette phrase dans l’esprit du jeune homme comme un clou planté dans une poutre de chêne. Il ne pouvait pas se défaire de ces quelques mots. Les mots « pas en enfer » lui revenaient à chaque fois qu’il voyait un tract, et finalement il fut converti.

Pour commander des traités évangéliques, remplissez ce formulaire et renvoyez le moi à l’adresse suivante : achandries@gmail.com.
Ou visitez le site http://traitesevangeliques.fr/fr/ pour lire plus de nos traités évangéliques.

Veuillez écrire à côte de chaque titre combien d’exemplaires vous voulez (1,2, 50, 300…) Les traités viennent généralement en paquets de 50, veillez donc à ce que vous commandiez par multiple de 50 à moins de ne vouloir que des échantillons. (1,2,3,50, 100, 250, 400…)

Voici la liste :

1) À la recherche de Dieu, comment puis-je le trouver?
2) Amusement, distraction et loisir : que dit Dieu?
3) Chapitres d’or pur
4) Connaître la plus belle histoire
5) Dieu existe-t-il?
6) Écoutez! Qui vous appelle?
7) Jésus-Christ reviendra
8) L’amour de Jésus
9) L’enseignement biblique au sujet de l’enfer
10) L’esprit en paix dans un monde troublé
11) La chambre
12) La délivrance du tabac
13) La drogue, l’alcool et l’immoralité
14) La tenue vestimentaire du chrétien
15) La traversée fatale
16) La vraie joie de vivre
17) Le ciel. Votre demeure future?
18) Le cri de l’âme
19) Le repentir, porte de la miséricorde
20) Le jeu : gain ou perte?
21) Le mariage, quel chemin choisir?
22) Le salut éternel
23) Le seul et véritable Dieu, le connaissez-vous?
24) Les puissances des ténèbres
25) Libéré de la crainte
26) Liberté et plénitude, le plan de Dieu pour la femme
27) Ne vous y attendez pas
28) Preuve du salut personnel
29) Puis-je être sauvé? Que dois-je faire?
30) Quarante-huit heures dans l’enfer
31) Se pourrait-il que ce soit vous?
32) Un ami pour toi
33) Un foyer heureux
34) Un guide biblique du salut
35) Votre vie est enregistrée
36) Vous devez naître de nouveau

Nouveautés:

37) La vie, POURQUOI?

38) Un Sauveur pour vous

39) Une réponse pour vous

Merci chers lecteurs

Je tiens à remercier les lecteurs de mon blog.

Le nombre de pages vues s’élève à plus de 700 en sept mois d’activité, et ce dans 30 pays sur cinq continents!

L’Europe, et la France tout particulièrement (200 vues), reste le continent qui s’est le plus intéressé à mon blog avec plus de 300 pages vues. (9 pays)

240 pages ont été vues depuis l’Amérique du Nord se répartissant en deux tiers pour le Canada et un tiers de lecteurs aux États-Unis, ce qui m’a surpris vu le qu’il y a si peu de francophones aux É-U.

L’Afrique se place en troisième position avec des lecteurs dans 12 pays et dans le Département d’Outre-Mer (DOM) français de la Réunion, totalisant 100 pages vues.  Le Cameroun et la Côte d’Ivoire se distinguent tout particulièrement.

L’Asie et le Pacifique (4 pays + Polynésie française) se place en quatrième position avec 50 pages vues.
Enfin l’Amérique du Sud et les Antilles prennent la dernière place avec ou douzaine de pages vues dans 3 DOM, en Haïti, au Vénzuéla et au Brésil.

Je n’ai pas une grande audience jusqu’à présent, et là n’est pas mon but.

Mon but, comme je l’ai mentionné sur la page d’accueil, est d’informer au sujet de la vie chrétienne aujourd’hui, de démontrer comment la Bible s’applique dans ma vie en m’apportant du bonheur mais aussi de satisfaire la curiosité de ceux qui se posent des question au sujet de l’anabaptisme, du mennonitisme, et plus précisément au sujet de l’Église de Dieu en Christ, mennonite.

J’invite aussi tous ceux qui s’y intéresse à commander des traités et des livres chrétiens par mon intermédiaire. Jusqu’à présent, je n’ai eu que deux commandes, je vous encourage à me contacter pour ces commandes ou pour toutes questions.

Dans les prochains mois, j’espère aborder les sujets de la vie missionnaire, des réseaux sociaux et d’internet, de la bataille entre le darwinisme et le créationnisme, de l’histoire de l’Église de Dieu, de l’amour fraternel comme enseigné par Jésus et ses apôtres, tout en continuant de partager mes petites inspirations, de raconter ma vie et de relater des messages que mes amis m’envoient occasionnellement.

Je répète que mon but est de satisfaire votre curiosité, pour ceux d’entre vous qui cherchez des informations en français au sujet de l’Église à laquelle j’appartiens, et de piquer la curiosité des autres lecteurs accidentels. Je signale que je viens de traduire l’article Wikipédia au sujet de l’Église de Dieu en Christ, mennonite (voir le lien au bas de la page). Il n’existait qu’en anglais jusqu’à présent, cela devrait vous en apprendre un peu plus. J’ai essayé de garder le même ton objectif que l’article original. J’y ai ajouté quelques petits détails.

Je suis reconnaissant que tant de gens de différentes nationalités s’intéressent à mon blog. Merci à vous, et merci à Dieu qui m’a donné la grâce de faire cette petite oeuvre pour lui!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Église_de_Dieu_en_Christ,_mennonite

Mon emploi du temps à Siliguri

emploi du temps

 

Voici un bref texte pour vous aider à mieux comprendre ce que je fais ici à Siliguri, ainsi que le rôle que Michael et Mélissa et Bryan jouent. J’exposerai donc notre routine hebdomadaire, comme elle est organisée actuellement. Elle a souvent changé, et elle changera surement lorsque Bryan Dirks et nous quittera au mois d’août et sera remplacé par Ethan Phelps, (18 ans, Floride). C’est déjà le cas lorsque nous partons en voyage à Calcutta ou au Manipour par exemple.
Lundi :
Tous les matins en semaine, Bryan et moi, qui habitons au rez-de-chaussée, nous levons aux alentours de 7h. À une époque, lorsqu’il faisait moins chaud, nous nous levions plus tôt pour courir dans les plantations de thé, mais nous n’en avons plus le cœur maintenant. Nous lisons notre Bible, regardons nos courriels, prenons une douche, à temps pour nous présenter à 8h à l’étage pour les dévotions en famille. Michael Nightingale, Bryan et moi lisons tour à tour des Écritures en apportant quelques pensées. Après la prière, nous parlons de notre plan de jeu pour la journée. Après quoi Bryan et moi redescendons pour faire le déjeuner : crêpes, œufs, pain perdu, rôties enduites de miel… bref, de quoi nous donner de l’énergie pour la journée. L’un de nous s’occupe de laver la vaisselle, alors que l’autre balaie le sol du rez-de-chaussée. Vers 9h ou 9h30 nous sommes prêts à travailler. (N’ayez pas peur, s’il le faut nous pouvons faire tout cela beaucoup plus tôt et plus vite, mais en général il n’y pas le feu.) Nous passons souvent la matinée à répondre à une lettre ou deux, à remplir quelques boîtes de traités, ou à aller visiter un pasteur de la région. L’heure du dîner est aux environs de 12h30.
Après le dîner, Bryan va souvent à la poste, pour envoyer les boîtes de traités remplies, alors que je me prépare à accueillir Samuel Mahakal, mon enseignant particulier de hindi, ainsi que notre traducteur anglais/hindi. Il arrive habituellement juste après 14h. Nous discutons d’abord des difficultés rencontrées lors de la traduction d’un traité ou d’un livre qu’il est en train de traduire pour nous. Cette discussion se déroule généralement en anglais, mais j’apprends des mots de hindi. Parfois il y a même une discussion au sujet des doctrines des Églises avoisinantes ou de L’Église de Dieu en Christ. Puis nous passons à la leçon proprement dite : plus un mot d’anglais à moins d’une nécessité absolue, ou s’il n’y a pas de mot équivalent en hindi. Je lis un texte écrit en Dévanagari dans un livre d’école du primaire. Je marque les nouveaux mots dans un cahier où j’essaierai de jeter un coup d’œil de temps en temps pendant la semaine. Il me pose aussi des questions du genre : « comment dirait-on… Ma belle-mère est décédée avant que ma femme ne soit née » (enfin pas toujours autant d’humour), ou « Il est devenu très difficile d’emprunter cette route à cause des dommages occasionnés par les pluies ». Bien-sûr, quand je traduis de telles phrases, le style n’est pas aussi beau qu’en français, parce que je n’ai qu’un vocabulaire de base. Nous parlons aussi de sujets d’actualité en hindi. Vers 16h, Samuel monte à l’étage donner une leçon de 90 minutes à Michael. Pendant ce temps, je suis habituellement libre de faire ce que je veux : écrire, aller au marché, chez le coiffeur, chez mon tailleur… à moins d’avoir à m’occuper de l’inventaire ou d’aller chez l’imprimeur, chercher des traités nouvellement imprimés.
Souper vers 7h ou 7h30. Moment de détente ;). Les garçons (B et moi) lavent la vaisselle. Puis nous vidons les poubelles : les matières recyclables sont brûlées (horreur!), et les matières compostables jetées dans un terrain vague où les chiens et les cochons se les disputeront. Je vérifie à nouveau mes courriels, j’écris ou je lis, ou encore je parle avec Bryan en jouent un jeu de carrom.
Mardi :
Je m’occupe de la traduction de nos traités dans d’autres langues dont le hindi, le népali, le marathi, le sadri, l’assamais, le santali et le dzongkha. Je suis donc en contact avec les traducteurs de chaque langue. Je leur fais savoir s’il y a un nouveau traité à traduire, je trouve aussi des personnes qui pourront relire le texte des traducteurs pour déceler des fautes. Puis j’apporte la copie terminée chez l’imprimeur. J’ai la responsabilité de rappeler les exigences de la Société Évangélique de Bibles et Traités en matière d’exactitude dans la traduction aux traducteurs, ainsi qu’en matière de qualité d’impression avec l’imprimeur. (en pratique, Michael se charge plutôt de ce dernier point) Je suis aussi en théorie celui qui doit évaluer la nécessité de dévier du contenu de l’original anglais, et permettre aux traducteurs d’adapter légèrement le contenu à leur langue ou à leur culture. Ceci doit se faire avec l’approbation de Michael, et parfois de Lyndon Toews, le secrétaire aux États-Unis. C’est donc ce travail, où boire du thé en compagnie d’un traducteur joue un rôle important, qui remplit souvent la matinée du mardi. Je dois souvent communiquer avec des gens aux États-Unis ou au Canada pour avoir des renseignements.
L’après-midi du mardi est parfois employé à laver la voiture, aller au marché du centre-ville, aller au bureau de poste central, à 40 minutes de chez nous, seul endroit où il y a des casiers postaux. (Nous pouvons envoyer des colis d’un endroit plus proche, c’est pourquoi nous ne cherchons nos lettres qu’une fois par semaine d’habitude.)
Le soir, nous allons dans un orphelinat raconter une histoire aux enfants grâce à un jeu d’images en feutre (flanel graph en anglais). Nous avons trois orphelinats dans lesquels nous participons régulièrement aux dévotions du soir. Ils sont tous situés à moins 15 minutes à pied de chez nous. Outre l’histoire, nous chantons ensemble et nous apportons des images à colorier pour les enfants. C’est toujours l’une des meilleures soirées de la semaine.
Mercredi :
Après les dévotions, B et moi préparons des paquets de traités pour aller remplir des pochettes de traités dans différents endroits : à l’entrée d’hôpitaux catholiques, des écoles catholiques ou baptistes, des églises évangéliques, d’une église anglicane, d’une librairie chrétienne, des commerces appartenant à des chrétiens. Nous essayions de passer toutes les deux semaines à chaque endroit. C’est-à-dire que nous alternons les établissements visités. Ex : semaine A, banlieue ouest de Siliguri (Agam Singh Nagar, Matigara, Shiv Mandir, Bagdogra…), semaine B, centre-ville de Siliguri et banlieue nord (notre secteur, Champasari, Pradhan Nagar). Jusqu’à récemment, cela ne nous occupait pas toute la journée, alors nous passions beaucoup de temps à visiter de églises et à parler à différents contacts pour savoir où exposer nos traités, sans courir de danger auprès des autorités, opposées à l’évangélisation, surtout si elle est pratiquée par des étrangers.
Nous dînons souvent dans un petit restaurant local, à moins d’avoir envie d’une nourriture plus hygiénique, que l’on peut trouver dans les grands restaurants Indiens ou dans les chaînes américaines (Pizza Hut, Subway, KFC, mais pas de MacDonald). Aucun repas restaurant à Siliguri ne peut coûter plus de 10$, somme astronomique pour la majorité des Indiens. (Je connais plusieurs personnes qui ne gagnent pas 20$ par mois, mais alors il y en a aussi des milliers qui gagnent 500 à 2000$ par mois.) D’habitude, un repas moyen dans un petit restaurant coûte 2-3$, mais parfois seulement 1$. Nous revenons aux alentours de 17h. Après avoir rangé ce qui reste de notre matériel (traités, pochettes en plastique, perceuse pour fixer les pochettes à un mur), il est presque l’heure du souper.
Même routine le soir. Parfois nous chantons en famille, ou bien je parle au téléphone avec des amis ou de la famille au Canada.
Jeudi :
La journée commence comme d’habitude. Nous remplissons généralement quelques boîtes de traités que nous allons poster juste avant le dîner. Nous restons en ville pour le dîner. L’après-midi est libre pour nous. Nous faisons un tour au marché pour faire des achats personnels, ou bien nous prenons un taxi collectif pour Kurseong, Mirik ou Kalimpong dans les montagnes (Himalaya) pour faire un peu de tourisme, et respirer un air plus pur et frais.
Vendredi :
Nous commençons par un nettoyage à fond de nos appartements : poussière, moquettes, passer la serpillière, nettoyer la salle de bains. Un peu de tout après cela, selon les besoins : inventaire, remplir des commandes, visiter un ami, acheter du porc, comme c’est le seul jour de la semaine où l’on en trouve ici à Devidanga. L’après-midi se déroule comme celui du lundi avec une leçon de hindi à l’ordre du jour.
Samedi :
Journée polyvalente. Nous sommes parfois allés à un camp d’assistance médicale, où l’on paye un docteur pour venir ausculter gratuitement 100 à 200 personnes. Nous leur offrons d’écouter une partie du récit biblique pendant qu’un pharmacien remplit un sac des médicaments prescrits. Nous leur donnons tous 2 ou trois traités. Les enfants ont droit à une histoire à part et à un traité en couleur pour chacun.
Nous allons parfois jouer avec les enfants d’un des orphelinats voisins, ou encore nous racontons une histoire biblique dans un village en compagnie d’un interprète. Ceci se fait surtout pour les enfants, auxquels nous enseignons des chants en anglais et en hindi.
Dimanche :
Nous restons habituellement chez nous le dimanche, à moins d’être invité à prêcher dans une autre assemblée. Le culte commence vers 10h30 pour se terminer entre 12h et 12h30. Chacun prend son tour pour prêcher, raconter une histoire aux enfants, diriger les cantiques, diriger la discussion lors de l’école du dimanche. Les visiteurs sont rares, parce que nous ne pouvons pas publier que nous nous rassemblons chez nous, et que les gens ont peur que nous ne parlions pas bien leur langue (avec raison).
Après un gros dîner, B et moi faisons la vaisselle, puis nous nous retirons habituellement pour nous reposer ou lire. Nous nous promenons régulièrement dans la plantation de thé avoisinante.
Le soir, un des garçons du voisinage, Loun, vient souvent nous rendre visite. Nous essayions de l’encourager à rester fidèle à son engagement envers Dieu. Il est souvent un peu découragé. Il se cherche un emploi, et songe à choisir l’armée. Sa connaissance de la Bible est l’une des meilleures parmi les jeunes chrétiens du village. Il aime beaucoup chanter et possède une très belle voix et un sens de l’harmonie, même s’il ne sait pas lire des notes. Il est originaire du Manipour, mais n’a pas vécu avec ses parents depuis 12 ans. Il a maintenant 25 ans.
S’il ne vient pas, nous chantons sans lui, puis j’écris, ou bien j’écoute le culte de Roxton Falls (au Québec) par téléphone. Nous ne mangeons qu’une petite collation le dimanche soir.