Une église d’inconnus

Témoin anabaptiste

Les historiens semblent croire que partout où il y avait quelque chose d’important, il devait y avoir des grands personnages. Quand ils regardent l’histoire du christianisme, les catholiques et les protestants ont eu tous les grands personnages. Comme ils ne trouvent pas de tels personnages du côté de ceux que nous appelons anabaptistes, ils supposent que rien ne se passait.

Mais l’essence même du christianisme est qu’il ne peut y avoir qu’un seul grand personnage, et c’est Dieu lui-même. Même Jésus ne s’est pas conduit comme un grand personnage. Ceci était une problème pour les scribes et les pharisiens avaient ; ils attendaient un Messie qui balaierait les oppresseurs romains pourt gouverner le monde de Jérusalem. Les dispensationalistes sont entièrement d’accord avec cela, et disent que puisque son plan a été déjoué à son premieravènement, le royaume terrestre sera…

View original post 442 mots de plus

Nouvelle naissance au Togo (partie IV)

[Voici la continuation du récit d’un Togolais, racontant d’abord comment il a rencontré Dieu, puis éventuellement comment il a cherché une Église qui enseigne et pratique réellement tous les préceptes bibliques. Son témoignage, paru récemment en anglais dans une revue missionnaire de l’Église de Dieu en Christ, m’a semblé assez remarquable pour être partagé sur mon site. L’histoire est assez longue, donc je la publierai en plusieurs articles séparés. Pour lire la partie I, cliquez sur ce lien, pour lire la partie II, suivez celui-ci et pour lire la partie III, suivez celui-ci. Bonne lecture!]

2000 …

J’ai reçu mon premier colis contenant les livres suivants: Introduction à l’Église de Dieu en Christ, mennonite, Étude de la doctrine chrétienne, ainsi que d’autres imprimés  provenant de la SEBT et de Robert Goodnough. J’ai lu tous ces livres et nous avons commencé à correspondre.

Après quelques années Jeff Penner a remplacé Robert et j’ai été informé par lui que quelqu’un viendrait me rendre visite. Pendant ce temps, j’ai aussi correspondu avec le missionnaire Roland Loewen au Ghana.

J’ai enseigné le contenu du livre de doctrine dans nos classes d’école du dimanche jusqu’à ce que nous l’ayons lu en entier. Un homme m’a demandé : « est-ce que ce sont bien les doctrines de notre Église? » Je lui ai alors expliqué que c’était les enseignements de l’Église de Dieu en Christ (mennonite). Il m’expliqua que la raison pour laquelle il avait demandé était parce que ces doctrines étaient si différentes et qu’il trouvait que sa vie ne s’alignait pas du tout avec celles-ci. Il ajouta que ces doctrines étaient trop difficiles à suivre et qu’il arrêterait de venir à l’église si la vie chrétienne était vraiment ainsi. Je lui ai dit que ce n’était pas les préceptes d’une Église que nous avions étudiés, mais l’enseignement de la Bible. Puis il a dit que c’était trop dur et qu’il cesserait d’aller à l’église. Je lui ai dit qu’un homme de Dieu ne peut pas dire qu’il est trop difficile de suivre Dieu, mais qu’il devrait plutôt demander à Dieu de nous donner la force de le suivre. J’ai continué d’enseigner les doctrines bibliques de l’Église de Dieu en Christ aussi longtemps que je suis resté dans cette autre Église.

 

2004-2007 …

Lors des visites des missionnaires de l’Église de Dieu en Christ en décembre 2004, j’avais dit à mes ouailles que c’était l’Église que j’avais tant cherchée; mais ils m’ont dit que ce chemin était trop difficile pour eux. Je leur ai donc répondu que j’allais les quitter et continuer dans le chemin que j’avais trouvé. La question qui me troubla le plus, c’est quand ils m’ont demandé avec qui je les laisserais. Je me suis souvenu de la voix de Dieu me disant de prendre soin de ces moutons. Depuis lors, je n’avais eu aucune autre direction sur la question.

Peu de temps avant l’arrivée du missionnaire Éric Jantz, le diacre de mon assemblée avait appelé les membres et ensemble ils avaient pris la décision de passer à une autre église qui avait des pasteurs qui se déplaçaient régulièrement d’assemblée en assemblée, sans rester très longtemps dans une assemblée. Je lui ai demandé pourquoi ils n’avaient pas d’abord parlé aux pasteurs, et il a répliqué qu’il savait que si l’assemblée prenait une décision, elle ne changerait pas d’avis, que les pasteurs soient d’accord ou non.  Je lui ai fait valoir que c’était là un bien mauvais procédé parce que Dieu ne fonctionne pas de cette façon. Nous devons travailler ensemble et laisser l’Esprit diriger. J’ai prié et demandé à Dieu:«Est-ce que les moutons disent au berger où ils mangeront et boiront? » J’ai supplié Dieu de me guider, comme je n’avais pas eu la moindre indication jusqu’alors. Mon assemblée a dû attendre trois mois pour que je leur donne enfin une réponse au sujet de leur demande. J’ai prié, mais n’ai rien entendu et enfin leur ai dit d’aller choisir l’Église à laquelle ils voulaient appartenir. Quand ils ont dit qu’ils avaient choisi la foi pentecôtiste, je leur ai dit d’aller parler aux pasteurs de cette Église, mais ils m’ont dit que j’étais là pour les conduire et qu’il m’incombait de faire ces choses. J’avais espéré qu’ils feraient tout et puis que je serais libéré de ma charge. Je suis donc allé voir un pasteur pentecôtiste et il a appelé ses dirigeants de Lomé.

 

Novembre 2007 …

Le premier dimanche après l’arrivée des nouveaux missionnaires de l’Église de Dieu en Christ était le dimanche que les dirigeants pentecôtistes avaient choisi pour venir de Lomé. Après cela, les dirigeants pentecôtistes ont déclaré que comme pasteurs, nous devrions aller à Lomé et que plus tard le pasteur de Homa viendrait à notre assemblée et organiserait un petit service pour officiellement accueillir notre assemblée dans leur groupe. J’ai continué dans la prière, mais n’ai rien entendu. Nous sommes allés à Lomé. Au cours de la première nuit à Lomé, Dieu m’a dit de ne pas suivre ce groupe. Je n’avais pas d’argent pour revenir par mes propres moyens. L’assemblée m’avait envoyé et ces dirigeants prévoyaient de payer mon trajet du retour. Je n’avais pas de moyen de partir avant temps fixé par ces dirigeants. Ils disaient que nous resterions là trois mois. J’ai été troublé et j’ai beaucoup prié; après deux mois ils m’ont dit que nous allions enfin retourner.

Une fois de retour j’ai dit à l’assemblée : « Vous êtes libre de vous unir à cette Église que vous avez choisie, mais je vais trouver mon propre chemin. » Ils ont refusé et dit que si je ne m’unissais pas avec cette Église, ils ne le feraient pas non plus. Je leur ai dit que là où j’allais aller ils ne pouvaient pas me suivre, mais qu’ils devraient choisir leur propre chemin et je me séparerais d’eux. Ils ont insisté encore qu’ils iraient avec moi. J’ai demandé s’ils se souvenaient qu’avant la venue du missionnaire j’enseignais une certaine doctrine. Ils s’en souvenaient. J’ai dit que c’est à cette Église que j’irais. Certains ont dit que c’était un chemin difficile, mais puisque c’était l’enseignement de Dieu ils essayeraient de suivre. D’autres ont dit que c’était vraiment trop difficile pour que personne ne puisse réellement suivre cette voie. Encore une fois, j’ai insisté que je ne voulais pas faire du mal ou créer de la division, mais que j’avais pris ma décision. J’ai commencé à fréquenter l’Église de Dieu en Christ (mennonite). Ma femme m’a dit que nous ne pouvions pas laisser ces gens de cette façon, mais je lui ai expliqué que j’avais fait de mon mieux pour les satisfaire et que je ne voulais pas perdre mon salut à cause d’eux. Elle a dit qu’elle n’irait pas avec moi et je lui ai dit que c’était son choix.

J’ai été à l’assemblée de l’Église de Dieu en Christ pendant deux mois. Puis la vieille Église a envoyé certaines personnes pour me questionner: «Avec qui nous avez-vous laissés? Qui est là pour nous conduire? » Ça m’est venu comme une flagellation spirituelle et c’est devenu un grand fardeau pour moi. J’ai pleuré et prié, mais il ne semblait pas y avoir de direction. Je leur ai demandé quelle Église ils avaient choisie. Ils ont dit qu’ils avaient envie de retourner à l’Église réformée qui suivait les enseignements de Jean Calvin. Quand je leur ai demandé comment ils pourraient retourner à cette Église après l’avoir rejetée, ils m’ont dit qu’ils voulaient rejoindre l’Église du même nom au Bénin. Je suis donc allé dans leur mission au Bénin, mais on m’y a dit qu’il n’y avait pas de budget pour le Togo, et que si je voulais laisser mes ouailles souffrir sans nourriture spirituelle c’était mon choix. Je suis revenu à la maison le cœur lourd. J’ai continué dans la prière.

Lorsque la famille d’Éric est retournée dans leur pays, je me suis de nouveau dit que je n’étais pas heureux à mon autre Église. Une fois, je parlais à Dieu en disant: «Tu sais que je ne suis pas resté dans cette Église à cause de ma position ou de l’argent, mais seulement en attendant ta voix. » J’ai alors entendu une voix dans mon cœur disant: «Tu n’es pas responsable s’ils s’égarent. Tu leur as enseigné la vérité pendant vingt-cinq ans. Et se ils s’ils ne venaient pas à la vérité jusqu’à ta mort? » J’ai simplement répondu « Dieu, merci! »

 

2010 …

Le dimanche suivant, après le service j’ai dit aux gens que nous tiendrions une petite réunion ouverte aux hommes, aux femmes et aux jeunes, mais que les enfants pouvaient sortir. Je leur ai raconté l’histoire de quelques parents qui voulaient quitter leur fils âgé de 25 ans, mais le fils protestait qu’il ne pouvait pas vivre sans ses parents. Alors je leur ai demandé quels étaient leurs conseils pour ce jeune homme.  Ils ont dit qu’ils lui diraient qu’il était un adulte et que s’il ne pouvait pas vivre seul, il était paresseux. Je leur ai dit qu’ils avaient de bons conseils. Puis je leur ai dit que cette assemblée avait dit qu’elle ne pouvait pas vivre sans moi si je partais; je les avais conduits pendant vingt-cinq ans. Maintenant, ils me disaient qu’ils ne pouvaient pas être vivants pour Dieu si je partais. Était-ce bien vrai? Leur avis était que le jeune homme pouvait vivre, et que s’il ne le croyait pas, c’est qu’il était paresseux. Je leur ai dit qu’ils avaient répondu à leur propre question. Je leur ai rappelé nos enseignements du passé et comment j’étais allé à l’Église de Dieu dans le Christ (mennonite) pour une courte période de temps, mais j’ai dit qu’après aujourd’hui, je ne reviendrais pas vers eux. S’il y avait des articles appartenant à l’assemblée dans ma maison, je leur ai signifié qu’ils étaient libres de venir les prendre. Je leur ai dit que je n’attendais plus leur réponse, mais celle de Dieu. Alors maintenant, je venais à eux avec la réponse de Dieu. La parabole que j’avais transmise m’était venue à cause de la réponse de Dieu. Maintenant j’étais libre de partir et ils étaient libres de choisir leur chemin.

Je ne ressentis plus de condamnation dans mon cœur à ce sujet. Ils étaient également invités à suivre la vérité. Depuis ce jour, je les ai quittés et j’ai continué dans l’Église de Dieu avec ma famille.

J’espère que ce récit d’une conversion récente pourra aider à éclairer d’autres véritables « chercheurs ».

 

Nouvelle naissance au Togo (partie II)

[Voici le début du récit d’un Togolais, racontant d’abord comment il a rencontré Dieu, puis éventuellement comment il a cherché une Église qui enseigne et pratique réellement tous les préceptes bibliques. Son témoignage, paru récemment en anglais dans une revue missionnaire de l’Église de Dieu en Christ, m’a semblé assez remarquable pour être partagé sur mon site. L’histoire est assez longue, donc je la publierai en plusieurs articles séparés.pour lire la partie I, cliquez sur ce lien. Bonne lecture!]

1985 …

J’ai commencé à aller à une Église qui avait des cultes très actifs et bruyants. Après y avoir été trois fois, je me suis aperçu de beaucoup de querelles et de divisions parmi les membres, donc j’ai cessé de fréquenter cette assemblée.
Je suis ensuite allé à une Église qui pratiquait le baptême des adultes par immersion à Atakpamé, et après trois mois, j’ai reçu le baptême. J’étais d’accord avec leurs enseignements. Peu de temps après, j’ai eu besoin de revenir à la maison pour soigner ma mère malade. En quittant Atakpamé pour rentrer à la maison, une joie exceptionnellement parfaite s’est installée dans mon cœur. Je n’ai pas compris pourquoi j’étais si heureux, mais j’ai commencé à me rendre compte que Dieu me guidait vers mon village. En arrivant à la maison de ma mère, j’ai trouvé qu’elle se portait mieux. Elle me donnait un peu d’eau à boire lorsqu’une voix me dit de sortir de la maison. Je suis entré dans une autre maison où cinq hommes étaient réunis pour l’étude biblique du mercredi soir. Comme je courbais ma tête pour prier, j’ai entendu une voix me disant: «Ce sont mes brebis qui n’ont pas de berger. » Je lui ai répondu: « Seigneur, aussi longtemps que je puis être avec eux je vais prendre soin d’eux pour toi. » Après les avoir salués, j’ai demandé ce qu’ils faisaient ici. Ils m’ont répondu qu’ils étaient à la fin d’un culte. Ils m’ont aussi dit qu’ils appartenaient à la même Église que celle que j’avais récemment rejoint à Atakpamé. Je leur ai dit comment j’avais répondu à l’appel de Dieu dans ma vie et que maintenant j’étais un chrétien dans cette même Église. Ils étaient remplis de joie en l’entendant. Je suis retourné auprès de ma mère, planifiant de retourner à Atakpamé après trois mois. Mais un problème est survenu dans le groupe avec lequel je m’assemblais, à l’époque où je voulais quitter Akpade. Je sentais que je devais attendre que le problème soit éclairci. J’ai planifié de quitter mon village une seconde fois, mais la porte n’était pas toujours pas ouverte.

Pour la troisième fois que j’ai fait des plans d’aller à Atakpamé. Après avoir recueilli mon salaire pour un contrat, je me promenais près du manguier quand mon cœur a commencé à battre très fort. Je ne comprenais pas ce qui se passait, mais comme je me tenais là, debout, immobile, me demandant : « Pourquoi? », une voix m’a demandé, « Sais-tu que tu te bats contre le Saint-Esprit? » J’ai répondu: « Qui suis-je pour lutter contre le Saint-Esprit? » La voix dit: «Tu as l’intention de retourner à Atakpamé. » Immédiatement, je me suis rappelé que Dieu m’avait donné la charge de ses brebis. Les larmes me vinrent aux yeux et j’ai dit : « Je vais rester jusqu’à ce que tu me dises que je peux m’en aller. » Après avoir décidé que je ne retournerais pas à mon ancien emploi de photographe, je suis allé chercher toutes mes affaires pour les ramener chez moi.

1988 …

J’ai suivi des cours de théologie de l’Église à Ntivou. Plus tard, je suis devenu le chef de tous les sept pasteurs de cette Église dans la région. Après quelques années d’études, j’ai été troublé de constater que les pasteurs ne pratiquaient pas la vérité telle qu’ils la prêchaient. Certaines de ces choses incluaient les bijoux et les femmes portant des vêtements d’hommes. J’ai exprimé l’avis de mon cœur à ce sujet en leur disant que c’était nécessaire de suivre tous les enseignements de la Bible, mais j’ai trouvé qu’ils mélangeaient le monde avec la Bible, ce qui ne peut pas fonctionner. Les pasteurs n’étaient pas d’accord avec moi. Je me suis souvenu de ma précédente quête pour la vérité et de cette réponse que la vérité se trouve dans la Bible. Le Saint-Esprit m’a parlé et je lui ai demandé :
« Où est la véritable Église? » Ne trouvant aucune réponse, j’ai continué là où j’étais.

À suivre…

(pour lire la partie III du récit, suivez ce lien)

Nouvelle naissance au Togo (partie I)

[Voici le début du récit d’un Togolais, racontant d’abord comment il a rencontré Dieu, puis éventuellement comment il a cherché une Église qui enseigne et pratique réellement tous les préceptes bibliques. Son témoignage, paru récemment en anglais dans une revue missionnaire de l’Église de Dieu en Christ, m’a semblé assez remarquable pour être partagé sur mon site. L’histoire est assez longue, donc je la publierai en plusieurs articles séparés. Bonne lecture!]

Ma nouvelle naissance et comment Dieu m’a conduit à l’Église de Dieu en Christ, mennonite.

Frère Yovo Abalo

1984 …
Au cours des vacances scolaires d’Akpade, j’étais allé rendre visite à un ami du village qui s’était installé à Atakpamé. Un mercredi après-midi, tout en marchant, nous nous sommes approchés de l’église de mon ami.
Il m’a dit qu’ils avaient une réunion de prière et que nous devrions y aller. Je lui ai dit alors que j’avais l’intention d’être un chrétien un jour, mais pas dans l’Église qui baptise des nourrissons et adore les saints. À une époque, j’habitais chez quelqu’un qui allait à ce genre d’Église à Atakpamé; lorsque le culte était terminé, les gens continuaient dans leurs pratiques païennes et idolâtres. Je me suis rendu compte que leur raison d’aller à l’église n’était pas pour changer leur cœur, mais pour être enterré dans un cimetière. Je ne voulais pas mélanger le christianisme et l’idolâtrie. Mon ami m’a dit que leur Église, qui se ressemblait le septième jour, était différente de l’Église dont je parlais et qu’ils pratiquaient les commandements de Dieu. Il n’acceptait pas que je refuse d’entrer et me persuada finalement de venir me rendre compte moi-même de leurs pratiques.
En entrant dans l’église, j’ai remarqué qu’on chantait sans instrument de musique, même pas un tambour! Presque immédiatement, j’ai ressenti un grave mal de tête, ce qui m’a troublé.
Ce soir-là, les fidèles ont prié à propos de beaucoup de choses, mais mon cœur n’était pas à l’église en raison de la douleur causée par mon mal de tête; je voulais partir. Le culte, qui dura environ une heure, me semblait s’éterniser. Je me suis demandé, « pourquoi dois-je avoir ce mal de tête maintenant, quand je viens au temple de mon Créateur? Est-ce que tous les autres ont aussi des maux de tête? » Je ne pouvais pas répondre à ces questions. À la fin du service, le pasteur m’a donné un Nouveau Testament.
L’amour que j’ai observé et ressenti parmi les membres et envers moi était très précieux pour moi. Quand je suis rentré chez moi, j’ai lu le Nouveau Testament. Le mal de tête a continué et j’ai arrêté de lire pour la soirée. Puis vint le temps où je voulais aller dormir.
Beaucoup de questions traversaient mon esprit. Je savais que Dieu m’avait créé, mais alors pourquoi ce mal de tête avait-il commencé dès que j’étais allé à l’église. J’ai dit, «puisse mon mal de tête se dissiper ». Après avoir dormi pendant un moment, je me suis réveillé sans mal de tête. Dans la nuit, j’ai lu un peu dans le Nouveau Testament de la Bible. J’ai lu comment Jésus a commencé son ministère de prédication et de guérison. Quand j’ai lu comment il prêchait et guérissait avec autorité, ça m’a donné une grande joie. Quand j’ai lu comment ils l’ont persécuté, j’ai été troublé. Enfin, j’ai lu comment il chassa les mauvais esprits. J’ai dit, « Il peut me guérir de cette même façon et rejettera tous les mauvais esprits dans ma vie. » J’avais une maladie spirituelle; je me mettais parfois très en colère. Quand j’étais à l’école, j’avais lu beaucoup de livres sur la colère afin de trouver une solution, mais je n’en avais trouvé aucune. J’ai dit « Que Jésus me guérisse comme il guérissait tous ceux qui venaient à lui. Puisse-t-il chasser les mauvais esprits dans ma vie comme je lis qu’il l’a fait dans la Bible. » J’ai trouvé qu’en lisant la Bible et en parlant de cette manière, je ressentais un vrai bonheur et que cela m’attirait très proche de la Parole de Dieu. Je crois que c’est à ce moment-là que je suis né de nouveau; d’autres ont également témoigné du changement dans ma vie.

En continuant d’aller à l’église de mon ami, j’ai finalement décidé de devenir membre de celle-ci. J’ai demandé plus de livres d’étude et enfin je me suis inscrit à un programme d’étude par correspondance de cette Église. À travers ces études, on m’a appris que ni Jésus ni ses apôtres n’avaient jamais transgressé le jour du sabbat et que ceux qui le transgressent iront en enfer. Mais en lisant le Nouveau Testament, j’ai lu dans l’Évangile de Jean que c’était parce que Jésus avait transgressé le sabbat que les Juifs voulaient le tuer. J’ai aussi lu que Jésus avait guéri un homme le jour du sabbat, puis lui avait dit de porter son lit et de marcher. C’était aussi contraire à la loi des Juifs. J’ai commencé à remettre en question l’enseignement qui préconisait tant d’honorer le septième jour. Un dimanche, j’ai vu beaucoup de gens qui rentraient chez eux de l’église et je me suis demandé
« Est-ce que tous ces gens sont perdus parce qu’ils n’adorent pas le jour du sabbat? Une voix en moi me dit : « Non ». Encore une fois j’ai demandé, «Où est la vérité? » La voix m’a répondu:« Dans la Bible. » J’ai décidé de continuer à lire la Bible pour trouver et suivre la vérité. Quand je suis arrivé chez moi, j’ai dit à mon ami que je n’irais plus à son église parce qu’ils n’enseignaient pas la vérité concernant le jour du sabbat. Plus tard, d’autres membres de l’église m’ont demandé où j’avais lu dans la Bible que ce n’est pas obligatoire d’observer le sabbat. Ils me lisaient des Écritures de l’Ancien Testament. Je leur ai dit que j’avais seulement lu le Nouveau Testament que le pasteur m’avait donné, et j’y avais trouvé que les Juifs haïssaient Jésus parce qu’il n’avait pas respecté le jour du sabbat. Paul a également enseigné au sujet du sabbat. Ils ont acquiescé lorsque je leur ai dit que la vérité est dans la Bible. Je leur ai dit que je voulais juste suivre la vérité, pas une Église. Ils m’ont répliqué de ne pas arrêter de venir. Cette semaine-là, quelqu’un m’a donné un livre qui parlait d’une Église qui pratiquait le baptême par immersion des adultes. Je lui ai raconté mon expérience et mes déceptions dans les faux enseignements de mon ancienne Église et de ma décision de simplement rester à la maison, afin de ne plus être à nouveau déçu.
Il m’a dit que leur Église enseignait seulement la Bible et que si j’arrêtais d’aller à l’église pour y entendre la parole de Dieu, je deviendrais faible et le diable se saisirait de moi. Il m’a dit que si je ne voulais pas aller avec lui à son Église que je devrais certainement choisir une autre Église, mais surtout pas rester à la maison.

À suivre …

(partie II)

Lire la suite

Mission au Burkina Faso

Geswende Bamogo était déjà un vieillard lorsque les travailleurs du Service Chrétien International arrivèrent dans son village pour y creuser un puits en 1977. Le puits s’avéra être sec, mais Papa Bamogo vit quelque chose dans ces hommes qui devint une source d’eau vive dans sa vie. En leur parlant souvent, il apprit autant que possible au sujet de leur foi.
Deux ans plus tard, les volontaires du SCI quittèrent la Haute-Volta, laissant à Papa Bamogo du matériel pour enseigner les histoires de la Bible. Il fit bon usage de ce matériel, enseignant les histoires de la Bible tout en faisant part de ses propres convictions.
Vingt-et-un ans après les départ des volontaires du SCI, Papa Bamogo et quelques autre fidèles prière que Dieu leur renvoie les membres de l’Église de Dieu en Christ, mennonite, afin qu’ils leur enseignent mieux le chemin du salut. Quelques semaines plus tard, des visiteurs vinrent le voir, se demandant si le l’Église devait retourner dans ce pays (maintenant appelé Burkina Faso) ou non. Il ne put contenir sa joie à l’idée que sa prière serait exaucée, et bientôt il y avait de nouveau des missionnaires de cette Église dans son pays.
Le 8 décembre 2001, Geswende Bamogo fut baptisé à Tandaaga. Il y eut cinq autres baptêmes l’année suivante, et l’année d’après, encore six de plus, dont la femme de notre frère âgé. Ces baptêmes étaient le fruit avant tout de l’œuvre de Dieu dans les cœurs, mais résultaient aussi des efforts du vieillard à partager sa foi, plus tard aidé par des missionnaires Nord-Américains.
Geswende Bamogo avait au moins cent-cinq ans lorsqu’il nous quitta en juillet 2005. L’assemblée de Tandaaga reste petite, mais grandit, tant en foi qu’en nombre. En 2012, Souleymane Bamogo devint le premier Burkinabé à être ordonné ministre de l’Église de Dieu en Christ, mennonite.
Il n’y a plus de missionnaires à Tandaaga, cette assemblée est autonome. Il y a des missionnaires de cette Église à trois autres endroits au Burkina Faso, avec quelques membres locaux à chaque endroit.
Le besoin de missionnaires est plus grand aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été. Il en faut tout autant ici en Amérique du Nord qu’en Afrique. Cependant, il y a une limite à ce qu’un missionnaire peut accomplir; ce n’est que lorsque les habitants des régions que nous visons deviennent enracinés et fondés dans la foi, et commencent à vivre selon cette foi, qu’ils l’enseignent et la prêchent, que nous pouvons avoir confiance que la foi a été plantée dans ce lieu et qu’elle endurera.

Traduction libre d’un article de Bob Goodnough, voir lien vers son blogue dans la blogoliste.