De l’anabaptisme et des vrais disciples

[Désolé, cette page est en construction]

Certains me demandent: « Mais qu’est-ce que c’est que l’anabaptisme? ». Parfois on me demande pourquoi l’Église à laquelle j’appartiens ne porte pas le nom « anabaptiste » dans la nomenclature officielle. Je veux vous expliquer un peu qu’est-ce que c’est que l’anabaptisme au sens large, comment ma foi s’inscrit dans ce courant, et pourquoi j’ai choisi ce nom pour mon site.

Pour moi, l’anabaptisme est un nom qui a été donné aux vrais chrétiens depuis plus d’un millénaire, par leurs opposants, surtout les catholiques. Ce nom leur était donné avec une connotation péjorative, parce qu’ils ne reconnaissaient pas le baptême des autres Églises et encore moins le baptême des enfants, et rebaptisaient donc systématiquement toute personne se joignant à l’Église.

On lit bien dans le Miroir des martyrs qu’il y a eu une continuité visible dans l’Église. Dieu a préservé son peuple dans diverses parties du monde, et il y a toujours eu de fidèles chrétiens que ne se sont pas laissé tenter par les privilèges que Rome accordait à ceux qui se pliaient à ses désirs et se soumettaient à ses dogmes diaboliques.

Voici une définition encyclopédique de l’anabaptisme: L’anabaptisme est un courant chrétien qui prône un baptême volontaire et conscient. Le mot vient du grec ecclésiastique anabaptizein signifiant « baptiser à nouveau ». Cette pensée est un point essentiel pendant la Réforme, mais se retrouve aussi parmi les vaudois, certains cathares et albigeois, les bogomiles et les pauliciens, ainsi que dans l’assemblée des chrétiens apostoliques de Thessalonique au xvie siècle. Les anabaptistes considèrent descendre directement de l’Église primitive, sans s’être jamais unis avec l’Église catholique, même si de nombreuses personnes se sont joints à eux de tous temps, en provenance de l’Église catholique ou d’Églises protestantes, de l’athéisme, du paganisme ou de tout autre courant religieux.

La spécificité des anabaptistes (mennonites), est d’insister sur une démarche personnelle de choix de la part du croyant. C’est pourquoi nous ne baptisons que des adultes. Nous encourageons aussi les chrétiens à pratiquer en tout temps la non-violence et la non-résistance, comme Jésus nous l’a montré, et comme tant de chrétiens avant nous l’ont fait, au péril de leur vie (voir le Miroir des martyrs). Nous encourageons chacun, les dirigeants comme les « laïcs », à vivre une vie de simplicité, de partage et de prière, comme nos pères dans la foi, les chrétiens de l’Église des premiers siècles après Jésus-Christ.

L’appellation « mennonite » provient de Menno Simons, prêtre catholique néerlandais né de nouveau, et passé à l’anabaptisme quelques années après s’être rendu compte des multiples erreurs de l’Église catholique.

Mais quelles sont ces erreurs?

(Je reviendrai sur plusieurs des fausses doctrines et pratiques de l’Église catholique un peu plus tard, quand j’aurai le temps d’écrire à ce sujet.)

Le refus de porter l’arme ou de renoncer à la simple foi en Jésus, a exposé ces chrétiens anabaptistes à de nombreuses persécutions. Ils se sont alors repliés dans des zones de tolérance : en Hollande et en Allemagne du Nord. Dans certains cas, ils ont été tolérés dans des zones agricoles non défrichées qu’ils mettaient en valeur, en Suisse, en Allemagne du sud ou en Ukraine. En France, dès le 16e siècle, mais surtout depuis le 17e siècle, les mennonites se regroupèrent dans l’est du pays. Éventuellement, un grand nombre d’entre eux émigrèrent vers les États-Unis, puis vers le Canada et les pays d’Amérique latine. Aujourd’hui, il y a des vrais chrétiens dans (presque) tous les pays du monde, bien que nous ne sachions pas combien. Cela est entre les mains de Dieu.

Si les anabaptistes s’opposent à la foi des catholiques, sont-ils protestants?

Je vous invite à lire ce court article paru récemment dans un périodique de l’Église, qui explique simplement pourquoi nous ne pourrons jamais être considérés protestants.

(insérer lien)

Il faut savoir que nous croyons que Dieu a préservé son Église à travers les âges, et non pas qu’il l’a ressuscitée à l’époque de la Réforme. Il y a beaucoup d’écrits qui démontrent qu’il y a eu des vrais chrétiens au cours de chaque siècle. Ils avaient une foi pure et non résistante. Ils ont souffert beaucoup de persécution de la part des Juifs, des païens, des catholiques, des musulmans et des protestants.