Le sabbat

J’ai plusieurs fois été confronté à la question (très légitime) du jour du repos. Certains chrétiens sentent que tout indique que nous devrions encore pratiquer le sabbat (samedi). Il y en a encore d’autres qui aimeraient appliquer toute la loi du sabbat le dimanche, ce qui n’est nullement biblique, à mon avis.

Voici une réponse écrite il y a quelques mois, à l’un de mes interlocuteurs. J’ai trouvé qu’il serait peut-être bon de la partager ici, avec l’article de Bob Goodnough.

Oui, le sabbat était un commandement de Dieu, mais à mon avis, le sabbat est accompli. Les vrais chrétiens vivent chaque jour dans le repos du Seigneur. Nous n’avons plus besoin de respecter le sabbat. Jésus ne le faisait pas non plus. Il a souvent créé la controverse par ce qu’il faisait le sabbat : guérisons, marcher loin et manger des épis dans un champ, etc.

Le repos du sabbat dans l’Ancien Testament n’était qu’un symbole du repos d’un chrétien né de nouveau. Le salut ne vient pas de nos œuvres, donc toute la vie est un repos de sabbat. Dimanche est le jour d’adoration pour la plupart des chrétiens, mais ce n’est pas le jour de repos. Essayer de gagner la faveur de Dieu en gardant ce jour comme un sabbat serait une œuvre et une violation du quatrième commandement.

Genèse 2.2 Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. 3 Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.

Hébreux 4.3 Mais pour nous qui avons cru, nous entrerons dans le repos, suivant ce qui a été dit : c’est pourquoi j’ai juré en ma colère, si {jamais } ils entrent en mon repos ; quoique ses ouvrages fussent déjà achevés dès la fondation du monde.

Romains 14.4-6 Qui es-tu, toi qui condamnes le serviteur d’autrui? S’il se tient ferme, ou s’il tombe, c’est à son maître de le juger; mais il sera affermi, car Dieu est puissant pour l’affermir. Celui-ci estime un jour supérieur à un autre; celui-là estime tous les jours égaux; que chacun soit pleinement persuadé en son esprit. Celui qui observe les jours, les observe, à cause du Seigneur; et de même celui qui ne les observe pas, ne les observe pas, à cause du Seigneur; celui qui mange de tout, mange, à cause du Seigneur, car il rend grâces à Dieu; et celui qui ne mange pas de tout, ne mange pas à cause du Seigneur, et il en rend aussi grâces à Dieu.

Et aussi : Colossiens 2.16-17 Que personne donc ne vous condamne au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’un jour de fête, ou de nouvelle lune, ou de sabbats; C’était l’ombre des choses qui devaient venir, mais le corps en est en Christ.

Je vous conseille aussi de lire le chapitre d’Hébreux 10.

En fait, c’est possible que Constantin ait officialisé les cultes du dimanche, comme il a fait beaucoup d’autres choses plus mauvaises. Mais ce point-là ne me dérange pas, car comme je l’ai mentionné dans mon autre message, nous avons la preuve dans les Écritures, que les premiers chrétiens se réunissaient le premier jour de la semaine, probablement en souvenir de sa résurrection ce jour-là. Le sabbat est mort. Nous ne vivons plus sous la loi, donc oui, nous travaillons les samedis, bien que ce soit souvent un jour plus familial que les autres. Nous travaillons aussi le dimanche, si nécessaire. Mais nous essayons de le faire le moins possible, car nous savons que nous avons toujours besoin d’un repos physique, même si Dieu nous offre son repos spirituel chaque jour dans nos cœurs.

Témoin anabaptiste

Dieu a institué un jour par semaine pour le repos parce que, après six jours de travail, le corps et le cerveau humain ont besoin de repos. C’est logique, non ? Sauf que – la Bible ne dit rien de la sorte.

Ce que nous trouvons dans la Bible, c’est que Dieu a achevé tout le travail de la création en six jours et s’est ensuite reposé le septième jour. Rien ne laisse présager que le premier jour de la semaine suivante, Dieu commença une autre semaine de travail. Son travail a été achevé dès la fondation du monde (Hébreux 4 : 3).

Le septième jour a été le début d’un repos sans fin pour Dieu et la promesse qui nous est faite est que nous pouvons entrer dans ce repos. Le sabbat d’une fois par semaine était commandé comme un mémorial et un avant-goût du repos spirituel qui deviendrait disponible à…

Voir l’article original 921 mots de plus

L’autoérotisme : pas si anodin qu’on pense

Témoin anabaptiste

danger-1927503_1920.jpg

Comme un enfant grandit, il commence à ressentir des sensations nouvelles et agréables dans certain parties de son corps. Il n’y a rien de honteux dans ces sensations, mais il faut que l’enfant soit instruit qu’ils ne lui sont donnés pour son plaisir égoïste.

Le grand danger est que, comme l’enfant expérimente avec ces nouvelles sensations, il commence à croire que le plaisir qu’il s’en trouve est leur seul but. Le monde autour de nous dit « s’il te fait plaisir, fais-le ! » Dans de telles circonstance c’est difficile de convaincre les jeunes qu’il soit mieux d’attendre le mariage pour expérimenter pleinement le plaisir que nos corps puissent nous donner.

Car Dieu ne nous a pas donné ces sensations, cette capacité d’expérimenter le plaisir, pour un usage égoïste. Plus qu’on poursuit ces plaisirs par, et pour, soi-même, le moins qu’on serait prêt à les partager avec un autre pour le plaisir mutuel.

Voir l’article original 212 mots de plus

Les effets de la télévision

La télévision

Le Monde dans votre foyer

« N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde… » (1 Jean 2 :15)

Parmi les divertissements de ce siècle, la télévision a l’une des influences les plus néfastes. Ce loisir endort doucement le monde moralement et spirituellement. Les forces sinistres du mal ont envahi le salon d’innombrables foyers grâce à cet instrument. Des scènes répugnantes de débauche et de crime ont pris pied au sein du foyer. Ce danger est à prendre bien plus au sérieux que les maux plus apparents qui nous entourent, parce qu’il est permis dans le foyer et que les parents en approuvent.

La majorité des parents n’ont jamais pensé à emmener leurs enfants dans une boîte de nuit, ou dans tout autre endroit de plaisirs obscènes ou de divertissements discutables. Cependant, ces mêmes vices sont étalés devant les yeux des jeunes comme des adultes sur cet écran dans nos foyers. Satan a gagné une formidable victoire! A-t-on jamais trouvé un outil comparable pour complètement détruire les jeunes de tant de nations? C’est un fait établi que ce qui passe par la porte de l’œil crée une vive impression. Le menu habituel de la télévision inclut des scènes de braquage, de bagarres, de meurtres, de beuverie, de tabagisme, de danse et montre des images d’hommes et de femmes en tenue très légère. En vérité, les vies morales et spirituelles de nombreuses personnes sont en danger. On nourrit quotidiennement des millions de personnes de crime brutal et de violence, et peu sont ceux qui ont la force morale de résister à ce régime, parrainé par des hommes impies. De nombreux téléspectateurs concèdent qu’il y a beaucoup de mauvais aspects à la télévision, mais ils cherchent à justifier sa présence chez eux par les bonnes choses que l’on peut voir à la télévision : les services religieux, les émissions éducatives, les documentaires, l’actualité, la météo et la bourse. Ils ont l’intention de changer de canal lorsqu’une publicité ou une émission discutable se présente, mais trop souvent ils n’en font pas l’effort le moment venu. Beaucoup de notre précieux temps est gaspillé devant la télé. La Bible nous met en garde contre une telle perte de temps quand il est écrit : « Prenez donc garde à vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des personnes sages; Rachetez le temps; car les jours sont mauvais. » (Éphésiens 5 :15, 16)

Des enfants innocents suivent l’exemple laissé par leurs parents. Ignorant le danger, un grand nombre de parents permettent à la télévision, dont l’influence reste mal appréciée aujourd’hui, de prendre une place proéminente dans leur foyer. Elle devient un service de garde d’enfants permettant de libérer les parents lorsqu’un autre loisir les appelle. La crainte et l’horreur que nous voyons à la télévision n’est pas ce que nous voulons pour nos foyers; il faudrait plutôt enseigner la crainte de Dieu et le respect.

Nombreux sont les juges, magistrats et éducateurs qui ont émis des signaux d’alarme au sujet des ravages de la télévision. Les enfants sont tellement absorbés par l’univers fantastique de la télé, que certaines écoles offrent des classes de maternelle ayant pour but d’aider l’enfant à comprendre le monde réel.

Les émissions télévisées deviennent de plus en plus dégénérées. La vie en famille se dégrade. On fait passer des scènes de divorce, d’adultère et d’avortement pour des choses anodines. Les antennes paraboliques permettent de capter les films obscènes et la pornographie d’autres pays. Les magnétoscopes permettent d’enregistrer les scènes honteuses diffusées en notre absence afin de pouvoir les jouer à un moment plus propice; ou encore on peut visionner des vidéos obscènes. Il y a aussi les émissions de sports vingt-quatre heures sur vingt-quatre qui permettent à notre esprit de ne pas penser à la réalité.

Tous les parents croyants devraient aider à sonner cette alarme! Satan s’est infiltré dans nos foyers sous les traits de la télévision. Où sont passées les conversations paisibles et intimes si essentielles à l’unité familiale et au bien-être? Où sont passés les temps de prières ou les soirées d’inspiration où père, mère, fils et fille se plaisaient à chanter ensemble? Pour certains, ces temps-là sont oubliés depuis des générations. Au lieu de cela, on dérobe les les meilleures et les plus nobles bénédictions de la vie au monde, pour le nourrir de ce que ce siècle froid nous offre : des cosses vides. Tout ce sensationnel, ce bataclan, cette ordure, ne vous satisfera jamais, et ne pourra pas compenser ce que vous avez déjà perdu : une vie paisible dans un foyer où Dieu prend la première place. Il serait très difficile pour un foyer abritant une télévision ou tout appareil similaire de maintenir un environnement favorable à une vie chrétienne pure et vertueuse : les choses qui sont vraies, honnêtes, justes, pures, aimables, etc. (Philippiens 4 :8)

Nous vivons dans les derniers temps. Le jugement de Dieu s’abattra bientôt sur cette race cherchant le plaisir. Parce que le péché et l’iniquité abondent, l’amour des hommes devient froid (Matthieu 24 :12). Lorsque le jour de grâce prendra fin, il n’y aura plus aucun remède, nul ne pourra plus s’amender. Il vaut mieux vivre sans téléviseur que de s’attirer la colère de Dieu et un jour devoir répondre de nos enfants auxquels nous avons manqué d’enseigner le droit chemin. « Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Matthieu 6 :24). « Instruis le jeune enfant selon la voie qu’il doit suivre; lors même qu’il sera devenu vieux, il ne s’en éloignera point. » (Proverbes 22 :6)

En lisant ces dérangeantes et affreuses vérités, ne sentons nous pas en nos cœurs une invitation aux choses meilleures et à un bonheur plus parfait? « C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous recevrai » (2 Corinthiens 6 :17). Le plan de Dieu pour que trouvions la joie nous entraîne loin de la corruption qui prévaut dans la société d’aujourd’hui et nous attire près de Lui, où nous trouverons la satisfaction de l’âme. La vraie joie de vivre ne vient pas de l’excitation ou de l’assouvissement momentané, mais plutôt en ayant le trésor durable de la paix d’esprit et de cœur. Répondons à l’invitation de Dieu en nous détachant de tout ce qui détruit et qui corrompt. Tenons fermement à ce qui apporte les vraies valeurs, l’amour et le bonheur dans nos cœurs ainsi que dans nos foyers.