Enfants de Dieu

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu… Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu.

1 Jean 3. 1, 2

Enfants de Dieu

Quel titre! Qui peut y prétendre? C’est Dieu qui le donne à ceux qui reçoivent Jésus comme leur Sauveur, de la même façon que, à ma naissance, mes parents m’ont donné leur nom.

La Bible nous dit: “À tous ceux qui l’ont reçu (Jésus), il leur a donné le droit d’être enfants de Dieu, c’est-à-dire à ceux qui croient en son nom – qui sont nés… de Dieu” (Jean 1. 12, 13). Ceux qui croient sont nés de Dieu. Ils reçoivent sa vie, la vie éternelle. Dieu les appelle ses enfants.

Dieu voudrait que nous ayons les mêmes caractères que lui. Il est lumière (1 Jean 1. 5), et il nous demande de nous conduire “comme des enfants de lumière” (Éphésiens 5. 8). Il est aussi amour (1 Jean 4. 8) et l’Esprit Saint verse son amour dans nos cœurs (Romains 5. 5) pour que nous le vivions dans toutes nos relations, en particulier avec nos frères et sœurs de la famille de Dieu.

Il existe aussi une maison de famille, que tous les enfants de Dieu habiteront un jour, la maison du Père (Jean 14. 2).

Un bel héritage m’est réservé, comme à tous ceux de la famille, “conservé dans les cieux” (1 Pierre 1. 4): il ne peut ni perdre sa valeur ni disparaître.

Mais le plus beau de tout, c’est que j’ai un Père, qui m’aime de façon inconditionnelle et veille toujours sur moi. “Le Père lui-même vous aime” (Jean 16. 27).

Appartenez-vous à cette famille?

Nourriture équilibrée

Mettez la Parole en pratique, et ne vous contentez pas de l’écouter.

Jacques 1. 22

Équilibre spirituel

Les médias nous donnent beaucoup de conseils raisonnables pour garder une bonne forme physique: “Mangez de façon équilibrée – ni trop salé, ni trop sucré, ni trop gras… Adaptez votre alimentation à votre âge… Faites de l’exercice”.

On peut transposer ces principes à la santé spirituelle du chrétien. Il se nourrit par la lecture de la Bible. Il y a certains principes à respecter:

– Manger de façon équilibrée: On recommande de varier les aliments (légumes, féculents, laitages…) pour ne pas souffrir de carences. De même, il est bon de lire toute la Parole de Dieu. Elle comporte des enseignements riches et variés; ne nous limitons pas toujours aux mêmes textes. Je me souviens d’un temps dans ma vie où je ne lisais que dans les épîtres de Paul. Bien qu’il y ait beaucoup d’enseignements et de nourritures spirituelle dans ses écrits, cela de vite monotone et lassant: je tombais si souvent sur les mêmes versets. Il faut lire l’Ancien Testament aussi, car celui-ci comporte un nombre surprenant de parallèles avec la vie du chrétien. Il est bon de connaître l’histoire du peuple de Dieu. Les Évangiles sont aussi très nécessaires car ils contiennent les paroles de Jésus lui-même, en termes simples, (pas aussi détaillé que Paul, mais applicable à toutes les situations de la vie).

– Ni trop salé, ni trop sucré, ni trop gras: La Parole contient des exhortations et avertissements, des consolations, des enseignements doctrinaux… Si nous ne lisons que des paroles sévères, nous serons découragés. Si nous nous limitons aux encouragements, nous risquons d’être satisfaits de nous-mêmes. Nous avons besoin aussi de la saine doctrine, pour vivre à la gloire de Dieu.

– Adaptez votre alimentation à votre âge: Un jeune enfant n’a pas les mêmes besoins qu’un adolescent, un adulte ou une personne âgée. Recueillons dans la Parole de Dieu ce qui correspond à notre âge spirituel. L’enfant a besoin des histoires principales de l’Ancien Testament ainsi que du contenu des quatre Évangiles. L’adolescent à besoin des mises en garde et des encouragements à vivre une vie simple, près de Dieu, fuyant le péché et la tentation.

– Faites de l’exercice: Si quelqu’un mange sans jamais faire d’exercice, sa santé en souffrira. De même, il n’est pas sain pour un chrétien de lire sa Bible toute la journée. Ce qu’il a lu, il doit l’assimiler et le mettre en pratique dans sa vie quotidienne. En ceci se trouve le point le plus difficile de la vie chrétienne pour la majorité d’entre nous. Il y en a tant qui veulent apprendre plus de théologie, mais si peu qui sont prêts à utiliser leur connaissances en pratique. C’est souvent par orgueil que nous voulons apprendre, pour pouvoir à notre tour « conseiller » d’autres personnes. Cela est contraire à l’esprit de l’Évangile. Il ne faut pas faire de l’exercice seulement dans quelques domaines (ceux où nous excellons), soyons disposés à humblement exercer chaque partie de notre corps spirituel, quitte à commettre des erreurs dont d’autres pourraient se moquer.

Soyons attentifs à la voix de Dieu

Voici quelques versets apportés à la fin du message du matin aujourd’hui à l’assemblée de Roxton Falls, au Québec. J’ai écouté par téléphone depuis l’Inde. J’ai trouvé que le message de ces versets s’appliquait bien à moi aujourd’hui. J’ai tant de projets, même en pensant à ce blogue je me suis dit que j’aurais dû chercher la volonté de Dieu plus profondément, afin de savoir si c’était une idée inspirée par Lui, ou seulement une passion de ma part qu’il faudrait contrôler, en attendant avec patience l’heure dictée par Dieu. Même si je fais quelque chose pour Dieu, je dois être prudent et circonspect. Je ne peux pas le faire par orgueil. Je dois attendre l’heure propice, lorsque l’Esprit me dira d’aller de l’avant avec mon projet, ou de le changer un peu.

Qu’est ce que la vie? Encore une question, la plus troublante de toutes les question pour l’humanité… 

Je m’adresse maintenant à vous qui dites: Nous irons aujourd’hui ou demain dans telle ville, et nous y passerons une année, nous trafiquerons et nous gagnerons. moins il pria avec instance qu’il ne plût point; et il ne plut point sur la terre durant trois ans et six mois. Or, vous ne savez pas ce qu’il en sera de demain; car, qu’est-ce que votre vie? Ce n’est qu’une vapeur qui parait pour peu de temps, et qui s’évanouit ensuite. Au lieu que vous devriez dire: Si le Seigneur le veut, et si nous vivons, nous ferons ceci ou cela. Mais maintenant, vous vous glorifiez dans vos vanteries. Toute présomption de cette sorte est mauvaise. Celui-là donc pèche, qui connaît le bien et qui ne le fait pas. (Jacques 4.13-17)