Le duc et le galérien


À l’époque où la France entretenait encore une flotte importante de galères sur la Méditerranée, il y avait parfois de nombreux prisonniers politiques et religieux qui étaient condamnés à devenir galériens, ce qui était un sort bien moins enviable que celui de croupir en prison. Mais on sait aussi qu’il y avait de nombreux criminels à bord, qui méritaient de perdre leur liberté.

Ce récit n’est pas celui des Huguenots galériens que l’on peut lire dans des livres tels que « Le baron de Salgas » de Sabine Malpach. Je suis sûr que vous avez tous lu des romans ou des histoires vraies au sujet de ceux qui furent condamnés aux galères injustement. La petite anecdote dont je vais parler n’a rien à voir avec ces injustices. Il s’agit d’une histoire vraie dont la morale est à la portée de tous.

Un duc, personnage éminent à la cour de Louis XIV, était de visite à Marseille. Il décida de monter sur une galère. En marchant parmi les galériens, le duc se mit à en interroger certains, leur demandant pourquoi ils se trouvaient à bord. L’un des galériens invoqua une fausse accusation, l’autre dit que le juge avait été corrompu, et ainsi de suite tous les galériens interrogés semblaient être victimes d’une justice partiale et corrompue.
Mais un homme fit exception; il dit : «Monsieur, je mérite mon sort. J’ai volé de l’argent. Je suis le seul coupable. »
Après un instant de réflexion de duc répliqua : « Ah maraud! Que fais-tu donc en compagnie de tous ces honnêtes hommes? Sors d’ici, tu ne mérites pas d’être parmi eux! » C’est ainsi qu’un galérien pénitent retrouva la liberté.

La clé de ma liberté se trouve là aussi : avouer. Avouer que j’ai péché, que je suis un pécheur de nature, et que j’ai cruellement besoin de pardon. Ce n’est pas en avouant que j’ai transgressé que je suis déclaré juste; au contraire, cette justice vient de Dieu à travers notre foi en Jésus-Christ. Mais la confession est un pas important vers la repentance et la foi salutaire.

Le péché est si trompeur. Il peut être tellement difficile à reconnaître en nous-même. Il est pénible d’avouer le péché ouvertement. Cela peut mener au pécher de l’autojustification ou du pharisaïsme; péché rarement confessé, mais si souvent présent dans nos vies.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s