La ruse des jésuites

Témoin anabaptiste

Jusqu’à la fin du Moyen Âge, il était évident aux vrais chrétiens (souvent appelés anabaptistes) que l’Église de Rome était l’Antéchrist prédit par les apôtres. Au seizième siècle, Menno Simons l’a rendu très explicite. Voici quelques-unes des références à l’Antéchrist dans ses écrits.

Puisque Christ a ordonné que les croyants soient baptisés, et non les enfants, et que les saints apôtres aient enseigné et pratiqué ainsi, conformément aux instructions et aux commandements de Christ, comme on peut le voir en de nombreux endroits du Nouveau Testament, tous les hommes à l’esprit raisonnable doivent admettre que le baptême des enfants, bien qu’il soit hélas ! pratiqué par la quasi-totalité du monde et maintenu par la tyrannie, n’est rien d’autre qu’une cérémonie de l’Antéchrist, un blasphème ouvert, un péché enchanteur, un veau en fonte, oui, une abomination et une idolâtrie.

En plus de cela, l’usage de la coupe est refusé au peuple…

Voir l’article original 781 mots de plus

Documents importants sur ce site

Voici des articles importants et historiques à lire sur le site temoinanabaptiste.com

Témoin anabaptiste

Voici une liste de documents importants relatifs à l’histoire et à la doctrine des anabaptistes et des mennonites que vous trouverez sur ce blogue

À Diognète
Une exposition de la foi chrétienne qui date du IIesiècle.
Vous la trouverez sous la rubriqueÉglise primitive

L’Antéchrist
Une exposition des faux enseignements de l’Église catholique romaine, écrit vers l’an1120 par des chrétiens albigeois du sud de la France.
Vous le trouverez sous la rubriquel’Antéchrist

La noble leçon
Un exposé de l’histoire de la vraie foi chrétienne, écrit par des croyants vaudois vers 1120.
Vous le trouverez sous la rubriqueLes anciens vaudois

Un miroir de baptême
Une exposition du baptême d’Esprit, d’eau et de sang. Publié pour la première fois en 1744, écrit par Henry Funk, le premier évêque mennonite d’Amérique du Nord.
Vous le trouverez sous la rubriqueBaptême

Origine et doctrine des mennonites
Publié…

Voir l’article original 26 mots de plus

Délai de réponse

Avant qu’ils crient, je répondrai, et pendant qu’ils parlent, j’exaucerai. Ésaïe 65.24

Tu discernes de loin ma pensée… La parole n’est pas encore sur ma langue, que voilà, ô Éternel ! tu la connais tout entière. Psaume 139.2-4

J’ai entendu ta prière…, je te guérirai. 2 Rois 20.5

Ne crains pas, Daniel, car dès le premier jour… tes paroles ont été entendues. Daniel 10.12

Le croyant prie, Dieu entend, il répond. Il répond parfois avant qu’on ait prié, quelquefois pendant qu’on prie, d’autres fois dans les secondes, les heures ou les jours qui suivent, ou bien encore des semaines ou des années plus tard…

– Le serviteur d’Abraham est allé chercher une épouse pour Isaac, le fils de son maître, dans la parenté d’Abraham. Arrivé au bout de son voyage, il prie Dieu de le diriger vers la jeune fille. Avant qu’il ait fini de prier, celle que Dieu destine à Isaac se trouve devant lui (Genèse 24.15). Dieu a répondu : la jeune fille arrive pendant que le serviteur prie.

– Des croyants sont réunis et prient pour l’apôtre Pierre, qui est en prison, lorsque celui-ci frappe à la porte (Actes 12.5,13). Dieu a envoyé un ange pour libérer Pierre, et il arrive pendant la prière.

– Néhémie, l’échanson du roi, est en train de servir le vin quand le roi lui pose une question. De la réponse que va donner Néhémie dépend son avenir. Il adresse aussitôt à Dieu une prière silencieuse, demandant sagesse et secours, et répond au roi. Dieu l’exauce immédiatement : le roi réagit favorablement.

Dieu connaît à l’avance les prières que nous allons lui adresser, et il prépare la réponse pour le moment voulu par sa sagesse. Faisons-lui confiance, sa paix “gardera nos cœurs et nos pensées dans le Christ Jésus” (Philippiens 4.7).

– Le roi Ézéchias est malade, et le prophète Ésaïe lui annonce qu’il va mourir. Le roi prie et pleure abondamment. Ésaïe est parti depuis peu de temps, quand Dieu lui dit de faire demi-tour et d’aller annoncer au roi un prolongement de sa vie. La réponse de Dieu à Ézéchias est prompte (au plus quelques heures), et trois jours plus tard il est guéri (2 Rois 20.5-7).

– Le prophète Daniel prie ardemment, mais c’est au bout de trois semaines qu’un ange lui apparaît. Ses prières ont été entendues dès le premier jour, lui dit l’ange, mais des puissances dans le ciel se sont opposées à leur accomplissement. Levant le voile sur l’invisible, cette scène montre que la prière revêt parfois le caractère d’une véritable lutte contre les puissances spirituelles de méchanceté (Éphésiens 6.12). La prière est entendue dès le premier jour, même si la réponse tarde…

– Joseph, emprisonné injustement, prie. Un certain temps s’écoule, jusqu’à ce qu’il ait l’occasion de rendre service à un prisonnier, qu’on va libérer. Joseph le supplie d’intervenir en sa faveur, une fois libéré. Il peut espérer une délivrance prochaine, grâce à cet homme. Mais celui-ci l’oublie complètement, et deux ans s’écoulent encore avant qu’on ne tire enfin Joseph de sa prison (Genèse 40.23 ; 41.1-40). Sa patience a été mise à rude épreuve, mais sa foi n’est pas déçue. Son Dieu, lui, ne l’a pas oublié. La délivrance est complète, Joseph devient gouverneur de toute l’Égypte. Il délivre ses frères de la famine et retrouve son père.

Un souper à Béthanie

Écrit à Pâques en 2021, par le frère Karlos Isaac

Au chapitre 11 de l’Évangile selon Jean, nous lisons l’histoire de Lazare, ressuscité d’entre les morts. Jésus dit à Marthe : « Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. » Plus tard, alors que Marthe s’opposait à l’ouverture de la tombe, il lui dit : « Ne t’ai-je pas dit, que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? »

Il me semble que c’est un message qui s’applique fort bien de nos jours. Dieu a permis une situation dans laquelle le monde entier peut voir sa gloire.

Plus tôt, Jésus avait dit aux disciples que cette maladie n’était pas pour la mort, mais pour que le Fils de Dieu soit glorifié par elle.

Aujourd’hui, étant donné que nous sommes à Pâques, le vendredi où nous commémorons la mort de Christ, il me semble que le monde a l’occasion de glorifier le Fils de Dieu comme jamais auparavant. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence si cette pandémie a atteint un niveau critique exactement pendant le temps de Pâques. Cela montre pour moi la grande miséricorde de notre Dieu. Chaque jour, dans son grand amour, Dieu nous montre sa gloire dans des choses inattendues. Après la résurrection de Lazare, beaucoup ont cru en Christ. C’était le résultat de la foi. Cela a démontré que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. »

« Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était Lazare qui avait été mort, et qu’il avait ressuscité. On lui fit là un souper, et Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui étaient à table avec lui. » (Jean 12. 1-2)

Imaginons ce souper. J’imagine que c’était un souper très extraordinaire. Lazare et ses sœurs ont probablement préparé un repas très spécial. Ils ont peut-être dépensé plus d’argent qu’ils n’en avaient jamais déboursé pour un souper. Ils ont passé toute la journée à confectionner ce repas. Il y avait un esprit de bénédiction et de félicité dans leur maison ce jour-là. Ce n’était pas un esprit de grande fête, avec de la musique, du vin et des danses. Ils ne criaient pas à qui mieux mieux en préparant le repas. Je pense que l’esprit dans cette maison était comme un calme céleste. Il y avait une bénédiction d’en haut que l’on pouvait ressentir en franchissant le seuil. Ils parlaient doucement. Ils parlaient avec patience et amour. Tantôt, on pouvait entendre un chant de louange venant de la cuisine. Tantôt, Lazare s’arrêtait de travailler, sortait et regardait un nuage au loin. Marie venait à ses côtés, posait sa main sur son épaule, et ils passaient quelques instants en silence. Marthe regardait dehors pour voir si Jésus arrivait sur la route.

L’arrivée de Jésus fut un rassemblement joyeux. Lazare et Jésus s’embrassèrent comme des frères. Lorsqu’ils se mirent à table, Lazare s’assit à côté de Christ à table. Ils avaient invité des amis, apparemment, car il est dit qu’il était l’un de ceux qui étaient assis à table. J’imagine qu’ils parlaient à voix basse. Parfois, l’un des disciples racontait une histoire de ses aventures, et ils riaient tous. Cependant, pendant le dîner, il y avait un air très émouvant. En regardant le visage de Lazare, on pouvait voir un mélange d’émotions. On pouvait voir une profonde compréhension de chaque mot que Jésus disait. On pouvait voir l’esprit de quelqu’un qui se sentait très indigne. On pouvait voir, parfois, une certaine nostalgie sur son visage, lorsque Jésus-Christ parlait du ciel. Il a hoché la tête quand Jésus a dit : « mais moi, vous ne m’aurez pas toujours ».

La nouvelle s’est répandue parmi les habitants de Béthanie qu’il y avait un souper à la maison de Lazare, la maison du grand miracle. Beaucoup de gens sont venus pour voir Jésus, mais aussi pour voir Lazare, le ressuscité. Nombreux sont ceux qui ont cru en Jésus cette nuit-là. Ils ont cru en partie grâce au miracle qui avait été accompli, mais aussi en partie à cause du témoignage qu’ils ont ressenti cette nuit-là dans la maison de Lazare. Ils ont vu le calme sur son visage. Ils ont senti l’esprit céleste qui remplissait la maison. Ils ont commencé à avoir dans leur cœur un grand désir de vivre eux aussi la paix et la tranquillité qui planait sur cette maison.

Aujourd’hui, les croyants fidèles, qui ont été sauvés de la mort du péché, qui sont sortis de la caverne obscure au son du grand appel « Sortez ! », peuvent préparer un souper pour Christ. Si nous avons ce sentiment d’indignité dans nos cœurs, nous allons faire tout notre possible pour lui préparer un souper très spécial. Nous allons nettoyer chaque pièce de notre cœur, mettre une nappe propre sur la table, et y placer les meilleurs fruits que nous pouvons acheter. Non pas que nous puissions jamais être en mesure de payer le prix, même si le souper est merveilleux, mais plutôt pour dire que nous reconnaissons que nous sommes indignement ressuscités, et que nous voulons rendre grâce à notre frère Jésus-Christ, qui a accompli ce miracle étonnant. Nous nous souvenons de l’obscurité de notre chute dans la maladie du péché. Nous nous souvenons du désespoir que nous avions, nous demandant s’il n’y avait pas de remède. Nous nous souvenons de ce moment de joie incroyable, lorsque nous avons entendu la voix puissante du Seigneur, et que nous sommes sortis de la grotte. Voilà pourquoi nous balayons le sol, pourquoi nous lavons tous les plats. C’est grâce à cette force que nous chantons un cantique en travaillant. C’est pourquoi nous invitons nos voisins, parce que notre ami Jésus va dîner avec nous ce soir ! Voilà la raison du sentiment d’émerveillement et d’admiration qui remplit nos cœurs lorsque nous nous rappelons ces mots : « Ne vous ai-je pas dit que si vous croyez, vous verrez la gloire de Dieu ? »

Pour recevoir plus de contenu inspirant et édifiant, abonnez-vous aux canaux Telegram/CVM suivants:

https://t.me/traites

https://t.me/editionsdelevangile

https://t.me/predicationsedcm

https://t.me/edd_ssl

Une réunion fraternelle

J’aime beaucoup ce récit qui nous montre un peu mieux comment la vrai foi a été gardée en divers lieux, jusqu’à nos jours.

Témoin anabaptiste

Le Martyrs Mirror. aux pages365-366, cite un livre ancien de Balthasar Lydius avec les informations suivantes qui sont arrivées au 16me siècle:

Bref récit de la façon dont, par l’intermédiaire de certains Moraves capturés par les Turcs et venus à Thessalonique en Turquie, les chrétiens de Thessalonique obtinrent des informations selon lesquelles vivaient en Moravie leurs frères dans la foi, appelés anabaptistes; et comment, afin de rechercher la vérité de l’affaire, ils ont envoyé trois de leurs frères en Moravie, en Turquie.

«Je soussigné témoigne qu’en Moravie a vécu avec moi, pendant trois ans, un homme de nos frères, âgé d’environ cent ans, nommé Léonard Knarr, qui m’a raconté qu’en son temps, quand il était serviteur dans la maison commune de l’église commune de Popitz, sous le serviteur, Hans Fuhrman, trois frères de l’église de Thessalonique ont été envoyés en Allemagne pour s’enquérir de leurs frères dans la foi, qui…

Voir l’article original 406 mots de plus

Saint-Exupéry, Pilote de guerre : l’humanisme en échec

Récemment, je suis tombé sur « Pilote de guerre – vol sur Arras » d’Antoine de Saint-Exupéry[1] (l’auteur du « Petit Prince », et de plusieurs ouvrages où il raconte son vécu de pilote). L’auteur y raconte un vol de reconnaissance qu’il a fait en 1940, en pleine défaite ou débâcle de la France face à l’Allemagne nazie. Il commence très désillusionné, il est clair que la France perd la guerre, l’armée en retraite est désorganisée, la mission qu’il doit accomplir est presque de l’ordre du suicide, et les renseignements recueillis ne serviront à rien parce qu’ils ne pourront pas être transmis à temps à qui que ce soit qui pourrait en faire quelque chose d’utile. Saint-Exupéry a l’impression qu’on continue à se battre et à mourir pour montrer que la France n’a pas abandonné, parce qu’il faut bien que la défaite fasse des morts. La perspective sur cette période historique par quelqu’un qui la vit est très intéressante – il écrit en 1942, et mourra en 1944 aux commandes de son appareil, dans une mission de reconnaissance en vue du débarquement en Provence.

Mais j’ai surtout été frappé par la fin du livre. Au cours du survol d’Arras, où il est pris pour cible par la DCA allemande, Saint-Exupéry est frappé par une compréhension renouvelée de la situation, et de ce qui donne goût et sens à la vie. Pour lui, un être humain isolé est comme perdu, il n’y a que l’appartenance à un tout plus grand qui donne une valeur et un sens. Et cette appartenance ne se fait que par le sacrifice, c’est lorsqu’on est prêt à se donner pour une cause, une terre, une nation qu’on y appartient réellement et qu’on y trouve une signification. Pour lui, la défaite de la France est le signe d’une défaite ou en tout cas d’un échec de la civilisation à laquelle il appartient. Et le fondement de cette civilisation est pour lui l’humanisme, où l’idée de l’Humain, de l’Humanité, vaut plus que chaque individu. Il répète plusieurs fois l’exemple du mineur enseveli, pour lequel on est prêt à risquer la vie de cent autres mineurs, pas parce que sa vie vaut plus que les leurs, mais parce que c’est le principe de l’humanité qu’on sauve. Ne pas abandonner le mineur est signe de la valeur accordée à l’Humanité. Et pour Saint-Exupéry, c’est cette compréhension de l’Humanité qui justifiait que la France se batte pour les intérêts de la Pologne, fut-ce sans espoir, et cette compréhension qui a manqué chez tous ceux qui se sont démoralisé, qui ont qualifié la guerre d’absurde, qui ont prôné le laissez-faire. Il se qualifie lui-même de « passager clandestin », avec tous ceux qui ont profité de l’existence de cette civilisation sans se donner pour elle.

Mais plus intéressant encore, Saint-Exupéry est très conscient de l’origine et de la fondation de l’Humanisme qu’il prône et auquel il adhère. Il montre très clairement comment ses valeurs découlent de valeurs chrétiennes fondées sur Dieu, sauf que dans l’Humanisme, on a gardé les valeurs en remplaçant Dieu par l’Homme comme valeur suprême. Je cite deux passages où l’on voit bien cette pensée :

« Je connais bien l’origine de ce champ de forces. Durant des siècles ma civilisation a contemplé Dieu à travers les hommes. L’homme était créé à l’image de Dieu. On respectait Dieu en l’homme. Les hommes étaient frères en Dieu. Ce reflet de Dieu conférait une dignité inaliénable à chaque homme. Les relations de l’homme avec Dieu fondaient avec évidence les devoirs de chacun vis-à-vis de soi-même ou d’autrui[2] ».

« Je comprends la signification des devoirs de charité qui m’étaient prêchés. La charité servait Dieu au travers de l’individu. Elle était due à Dieu, quelle que fût la médiocrité de l’individu. Cette charité n’humiliait pas le bénéficiaire, ni ne le ligotait par les chaînes de la gratitude, puisque ce n’était pas à lui, mais à Dieu, que le don était adressé. L’exercice de cette charité, par contre, n’était jamais hommage rendu à la médiocrité, à la bêtise ou à l’ignorance. Le médecin se devait d’engager sa vie dans les soins au pestiféré le plus vulgaire. Il servait Dieu. Il n’était pas diminué par la nuit blanche passée au chevet d’un voleur.

Ma civilisation, héritière de Dieu, a fait ainsi de la charité, don à l’Homme au travers de l’individu. [3]»

Saint-Exupéry suit la même démarche que ce dernier passage sur plusieurs autres sujets : une égalité qui ne justifie ni chaos ni indifférenciation, un respect pour chacun qui ne valorise pas la médiocrité, une fraternité fondée sur une appartenance commune, une humilité qui s’allie au respect de soi, une responsabilité de tous envers chacun, appuyée sur une espérance. Il  montre dans chaque cas ce qui découlait du regard chrétien, et conclut que sa civilisation a fait de même par respect pour l’Homme plutôt que pour Dieu. J’apprécie la transparence de Saint-Exupéry ; il me semble manifeste que l’humanisme est une tentative de vivre sans Dieu bien des valeurs chrétiennes, mais il est réjouissant de lire quelqu’un qui le reconnaît.

Saint-Exupéry écrit en reconnaissant un échec de « sa civilisation », mais en espérant que celle-ci se ressaisisse. À noter que pour lui, l’échec de l’Humanisme arrive lorsque que la somme des individus remplace l’idée de l’Homme. Lorsqu’ au lieu de penser à l’idéal de l’Humanité, on considère chaque personne individuellement, le rêve et les principes qui constituent la civilisation humaniste se meurent. Presque 80 ans plus tard, que peut-on dire de la situation de l’Humanisme ? La civilisation prônée par Saint-Exupéry s’est elle ressaisie ?

Ses idéaux n’ont certes pas entièrement disparu, comme l’ont montré récemment encore les soignants et leur engagement lors de la crise du COVID-19, ou comme les travailleurs humanitaires le démontrent sans cesse. Mais en prenant une vue d’ensemble, les vœux de Saint-Exupéry ne semblent guère s’être accomplis. Il n’y a plus guère d’idéal commun pour lequel chacun soit prêt à se sacrifier, et l’individualisme est la norme, la mesure de toute chose plutôt qu’une exception. Penser qu’un idéal vaut plus que sa propre vie est souvent vu comme du fanatisme plutôt que comme de la vertu. De plus, dans le discours la focalisation sur l’efficacité, le rapport coût-bénéfice et la rentabilité remplacent de plus en plus le principe d’humanité. Par ailleurs, un courant comme l’antispécisme combat radicalement l’idée de faire de l’humain la valeur suprême, puisque cela reconnaît à l’homme une place privilégiée. Et de fait, les antispécistes ont à mon sens raison de dire que dans une vision athée, l’être humain ne peut pas avoir de place privilégiée.

L’Humanisme prôné par un Saint-Exupéry est ainsi à l’agonie, même si par exemple un Luc Ferry prône encore le même genre d’idées, avec son « humanisme de l’homme-Dieu ». Mais l’Humanisme ne peut tenir que sur un fonds de valeurs chrétiennes imprégnant la société, il peut tenter de prolonger la vie de ce capital, mais ne peut pas le revivifier. La valeur accordée à l’humain ne peut éviter de sombrer dans l’individualisme qu’en gardant son ancrage en Dieu, bienveillant créateur du monde, qui fit l’homme à son image. Ce don lors de la création se perçoit suffisamment pour que l’Humanisme reste attirant, mais sans remonter à sa vraie source, il est condamné à disparaître ou au mieux à vivoter. Si donc il y a une nostalgie pour un véritable Humanisme, le temps est venu de se replonger dans le Christianisme qui lui a donné naissance.

Jean-René Moret, Juin 2020

[1]     Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Folio 824, Gallimard, Paris, 1942.

[2]     P. 200.

[3]     p.202-203.

Là où les anabaptistes et les évangéliques divergent

Témoin anabaptiste

Il existe de nombreuses similitudes entre les anabaptistes et les évangéliques. Nous croyons tous que le salut n’est possible que par le sang versé par Jésus-Christ au Calvaire. Nous croyons tous que le salut est un don de Dieu, qui nous est accordé par la nouvelle naissance et ne peut être atteint par des œuvres de justice. Nous croyons tous que les œuvres de justice doivent suivre la nouvelle naissance, qu’elles sont produites par l’œuvre du Saint-Esprit dans nos cœurs et qu’elles sont la preuve de la nouvelle vie en Jésus-Christ.

Mais il y a aussi des points où les anabaptistes et les évangéliques divergent et je crois que la divergence commence avec notre vision de l’Église. En tant qu’anabaptiste, je crois que les paroles de Jésus dans Matthieu 16.18 « sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle »…

Voir l’article original 606 mots de plus

À Diognète

Témoin anabaptiste

(Cette épître remonte au deuxième siècle. À mon avis, elle s’agit du plus beau exposition de la foi de l’église primitive en dehors des écrits apostoliques.)

CHAPITRE 1

1. Je vois, très excellent Diognète, que tu es désireux de t’instruire sur la religion des chrétiens, et que tes questions les concernant sont formées avec précision et avec soin, en ce qui concerne leur confiance en Dieu et la manière du culte qu’ils lui rendent. D’où vient leur dédain du monde et leur mépris de la mort ? Pourquoi ne tiennent-ils aucun compte de ceux qui sont considérés comme des dieux par les Grecs, et n’observent-ils la superstition des Juifs ? Quelle est la nature de l’affection qu’ils entretiennent les uns envers les autres ? Et pourquoi est-ce que cette nouvelle manière de vivre est apparu dans nos jours et non pas avant ?

2. J’accueille volontiers ce zèle en toi, et je…

Voir l’article original 3 806 mots de plus

Le jardin de nos pensées

La maison était un bungalow blanc ordinaire, entouré d’une clôture de bois blanchi à l’ancienne. J’étais passé par là de nombreuses fois, mais cette fois-ci, je marchais plus lentement et en jetant un coup d’œil dans la cour arrière, j’ai aperçu une vieille tonnelle recouverte de roses. De l’autre côté de la tonnelle, j’ai pu entrevoir des éclats de couleurs scintillantes, illuminés par le soleil matinal. C’est ainsi que je me suis rendu compte qu’il y avait un paradis caché derrière la maison, que je n’avais jamais remarqué. J’avais parfois salué le vieil homme qui vivait là, mais je n’avais jamais remarqué son jardin. Tandis que je me tenais debout, hypnotisé, le vieil homme apparut dans l’embrasure de la tonnelle et m’a fait signe de la main. Je l’ai salué en retour, gêné qu’il m’ait surpris en train de regarder dans son jardin.

« J’admirais votre jardin », lui ai-je dit.

 « J’en profitais aussi ! » répondit-il en souriant. « Voulez-vous que je vous le montre ? »

J’ai traversé la pelouse couverte de rosée. Le vieillard m’a chaleureusement tendu la main et ses yeux scintillaient en souriant. Ses mains étaient calleuses et rugueuses. Les mains d’un jardinier, me suis-je dit. Bien que l’homme fût silencieux, ce n’était pas un silence gênant. J’ai eu le sentiment qu’il était à l’aise avec le calme. Alors que nous marchions vers la tonnelle, il s’est mit à parler.

« Je l’appelle mon jardin des pensées », dit-il. « Quand j’ai acheté cet endroit, il y a des années, la cour arrière était un enchevêtrement de mauvaises herbes. À cette époque de ma vie, mon esprit était aussi plein de mauvaises herbes. C’est en travaillant à nettoyer tout ce gâchis que j’ai compris les similitudes, et j’ai décidé à ce moment-là que je me consacrerais à nettoyer les deux. C’était il y a de nombreuses années, et maintenant, dans ma vieillesse, je peux vous dire que le résultat a été bien meilleur que je ne l’aurais jamais imaginé. Mais je ne m’attribue pas le mérite. Il va au Maître Jardinier. »

J’ai vu que nous approchions d’un chemin fait de pierres posées ici et là et qui menaient à la tonnelle. « C’est une partie importante du voyage », m’a-t-il dit. J’ai lu le message écrit sur chaque pierre en avançant lentement vers le jardin.

« Détruire les raisonnements » (2 Corinthiens 10.5), c’était l’inscription sur la première pierre. « Une étape très importante dans la croissance d’un bon jardin de la pensée, » dit le vieil homme. « Les imaginations ou les raisonnements peuvent être très dommageables. Il est important de les emmener en captivité. »

« Pas de plus haute opinion » (Romains 12.3), pouvait-on lire sur la pierre suivante. « Qu’est-ce que ça veut dire ? » ai-je demandé.

« Ne te crois pas meilleur que tu ne l’es », répondit-il. Si on s’estime trop bon, on ne peut pas se mettre à genoux pour arracher les mauvaises herbes, et on ne sera pas assez humble pour donner une fleur à un passant. »

« Observe les lis » (Matthieu 6.28) était l’inscription suivante. « Le maître jardinier nous rappelle, dit le vieil homme, que les lis fleurissent dans les champs, non pas par leurs propres efforts ou par l’inquiétude, mais simplement en trempant dans la pluie et le soleil qu’on leur envoie. »

Maintenant, nous étions arrivés jusqu’à la tonnelle. J’ai levé les yeux, et j’ai vu qu’il y avait aussi une inscription au-dessus de ma tête. « Toute chose belle en son temps » (Ecclésiaste 3.11). J’ai regardé le vieil homme, et il a hoché la tête. « J’étais découragé au début ; quand j’ai vu le désordre terrible, dans ce jardin, dans mon cœur et dans mon esprit, je ne savais pas comment j’arriverais jamais à le nettoyer. Je suis tombé à genoux ici. J’ai vu les mauvaises herbes, la douleur, les années de mauvais ensemencements qui avaient conduit à cela, et cela semblait impossible. À ce moment-là, il m’a semblé que le Maître Jardinier est apparu. J’ai vu une vision d’épines, de chardons et de sueur sur le front. J’avais l’impression de voir ces épines tordues dans un cruel appareil de torture, alors que le Maître Jardinier se chargeait de faire l’impossible. J’ai su alors que j’avais raison. Je n’y arriverais jamais. Mais lui, il le pourrait. Il faudrait que je m’implique activement, mais ce sont ses mains abîmées par les épines qui me donneraient la force d’arracher ces mauvaises herbes et de planter de nouvelles graines. C’est alors que j’ai pu croire que tout deviendrait beau en son temps. »

J’ai essuyé une larme sur ma joue, et en marchant à travers la tonnelle, j’ai remarqué de nouveau les roses qui la recouvraient. Elles fleurissaient d’un rouge vif, et comme j’admirais la couleur et l’odeur, les épines attirèrent mon regard, et j’ai incliné la tête.

Lorsque nous avons franchi la tonnelle et pénétré dans le jardin lui-même, c’était comme si j’étais dans un rêve. La rosée du matin était encore sur les fleurs, et la lumière du soleil les faisait briller d’un éclat qui semblait céleste. Le vieil homme resta silencieusement avec moi un moment, inspiré par tant de beauté. Il s’est approché d’un banc à proximité, et nous nous sommes assis.

« Parlez-moi du jardin », lui ai-je demandé. « Vous m’avez parlé du début du processus de nettoyage. Qu’est-ce qui s’est passé ensuite ? »

« Puis vint la rupture du sol », répondit-il. Les racines étaient dures et certaines étaient profondes. Je voulais creuser assez profondément pour m’assurer de les éliminer toutes. Le sol devait être brisé et amolli. Au fur et à mesure que je travaillais, les analogies continuaient de m’apparaître. Je savais que le même processus devait se produire dans mon esprit et dans mon cœur. Mon cœur avait besoin d’être adouci, et j’avais besoin de creuser jusqu’au fond pour éradiquer les racines des mauvaises herbes. Chaque fois que les mauvaises herbes commençaient à repousser, je les arrachais immédiatement et je les détruisais. Je savais que les mauvaises habitudes de ma vie étaient comme ces mauvaises herbes, et avaient besoin du même traitement. »

Je me suis déplacé sur le banc, et je me suis retourné pour regarder le vieil homme. « Dans votre vie, les mauvaises habitudes étaient des mauvaises herbes. D’où viennent ces mauvaises herbes ? »

« Des semences », a-t-il dit. « Toutes les plantes poussent à partir de graines. Dans les jardins de notre esprit, les pensées sont les graines. »

« D’où viennent ces graines de mauvaises herbes ? »

Il s’est penché vers le bas, a arraché une petite pousse de sarrasin et me l’a donnée. « Celle-ci provient probablement du champ, m’a-t-il suggéré en faisant un geste vers la vaste prairie qui s’étendait au-delà de son arrière-cour. Les vents de la vie soufflent les graines, bonnes et mauvaises, et certaines de chaque type vont atterrir dans notre sol. Cela exige de l’entretien et de la vigilance. Nous pouvons aussi acheter des semences. Je vois les choses de cette façon. Aller dans des lieux de bonne influence, c’est comme aller dans un stand de marché qui vend de bonnes semences. Il peut s’agir d’aller chez votre ami, de sortir dans le champ de blé pour méditer, ou d’aller à l’église et de recevoir des semences de qualité pour votre âme.

Aller dans des lieux de mauvaise influence, c’est comme aller dans un stand de marché qui vend des graines de mauvaises herbes. Ces kiosques de marché sont souvent très attrayants et ont beaucoup plus de publicité que les kiosques qui vendent de bonnes semences. Les vendeurs de graines de mauvaises herbes sont très persuasifs, et bien que leurs produits semblent attrayants, les plantes qui poussent de ces graines sont très toxiques. D’après mon expérience, les graines de mauvaises herbes que j’ai volontairement achetées sur le marché sont très dangereuses.

De plus, les graines apparemment inoffensives qu’un ami bien intentionné me donne peuvent en fait être nocives et devenir des mauvaises herbes laides. Quand je rentre d’une visite ou d’un voyage avec une poche pleine de graines, je dois les trier avant de les planter. J’appelle mon processus de tri le processus “tout ce qui est”. Il s’agit d’un processus séculaire, appris par de nombreux jardiniers avertis au fil des ans, et qui se déroule comme suit : toutes les choses qui sont véritables, honnêtes, justes, pures, aimables, de bonne réputation, vertueuses, et dignes de louange ; que toutes ces choses occupent vos pensées. (Philippiens 4.8) Ce processus est la meilleure garantie pour le développement d’un jardin de la pensée sain et beau. »

Une douce brise a commencé à souffler du champ, et un colibri est passé tout près. J’avais tant de questions, et tandis que le soleil montait plus haut dans le ciel, réchauffant le sol sous nos pieds, il me semblait que le sol dans mon cœur se réchauffait aussi.

Le vieil homme s’est levé et m’a fait signe. « Viens avec moi vers l’eau ».

Je l’ai suivi le long du sentier étroit où des pétunias et des plants de pommes de terre fleurissaient au soleil. Des coquelicots et des lys brossaient les jambes de mon pantalon, et tous semblaient avoir été traités avec tendresse et amour. « Rester sur une pensée, c’est comme fertiliser une graine », m’a dit le vieil homme, alors qu’il s’arrêtait pour ramasser une pierre et la jeter sur un tas dans un coin du jardin. À l’ombre d’un saule, où les hostas et les fougères tapissaient le sol, le vieil homme s’est agenouillé. Ne sachant pas quoi faire d’autre, je me suis agenouillé aussi. Il a soulevé une feuille d’hosta, découvrant un robinet. Il lui a donné un tour, et bientôt, un léger jet a commencé à tomber sur tout le jardin. « J’ai installé ce système d’arrosage dès le début, » dit-il. « J’aurais pu mettre ce robinet près de la maison, à un niveau facile d’accès, mais j’ai décidé de le mettre ici. Dans nos jardins de pensées, nous avons besoin de la pluie de Dieu pour arroser nos cœurs. En faisant le voyage jusqu’au lieu de prière, et en nous agenouillant dans un coin tranquille du jardin, nous pouvons accéder au robinet de la grâce de Dieu, le maître jardinier. La pluie douce de son Esprit adoucit le sol et étanche notre soif. Les précieuses graines de pensée qu’il nous a données peuvent alors devenir de belles plantes. »

Il a mis sa main sur mon épaule pendant que nous marchions sans un mot, de retour le long des chemins, jusqu’à la tonnelle, par-dessus les pierres, et de retour dans le monde réel. J’ai tendu la main, et il l’a bien serrée. J’ai ouvert la bouche pour le remercier, mais il a levé la main pour m’arrêter. Il a mis la main dans sa poche et a sorti un paquet de semences. J’ai hoché la tête, j’ai pris le paquet, et comme je me suis tourné pour partir, je savais au fond de mois que les graines dans ce paquet allaient devenir quelque chose de beau.

  • écrit par le frère Karlos Isaac pour une soirée d’encouragement chrétien à Montréal

Une arme imparable

Prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu; Éphésiens 6. 17

Car la parole de Dieu est vivante, et efficace, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, perçant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles, et jugeant des pensées et des intentions du cœur; Hébreux 4. 12

Voir un autre bon article au sujet de la lecture de la Bible ici.

César Malan, lors d’un voyage en train de Genève à Paris, partageait son compartiment avec un homme qui, le voyant lire sa Bible, se mit à attaquer avec véhémence la doctrine chrétienne. Chaque argument reçut pour réponse un texte biblique, César Malan ne se risquant même pas à l’expliquer ni à le commenter. Toutes les fois que le contradicteur essayait d’échapper par une autre remarque, Malan répondait par un nouveau verset de l’Écriture.

À la fin, le voyageur exaspéré s’écria: “Est-ce que vous ne comprenez pas que je ne crois pas votre Bible et qu’il est inutile de me la citer?” La seule réponse que donna Malan fut: “Si vous ne croyez pas…, dit Jésus, vous mourrez dans vos péchés” (Jean 8. 24).

Quelques mois plus tard, Malan reçut une lettre dont le nom de l’auteur lui était inconnu. La voici: “Je vous ai enfin retrouvé et me suis procuré votre adresse. Notre rencontre dans le train a été le grand tournant de ma vie. Ce jour-là, vous avez pris l’épée de l’Esprit qui m’a transpercé de part en part; chaque fois que j’essayais de parer, vous me donniez un nouveau coup de son tranchant. Vous m’avez fait sentir que ce n’était pas vous que je combattais, mais Dieu.”

Tandis que Malan lisait cette lettre, il se souvint de l’épisode et comprit que l’épée de l’Esprit avait fait son œuvre.

(Je ne me permets pas de juger si Henri Abraham César Malan a en tout point été un exemple dans la foi. Je sais qu’il avait un caractère fort et qu’il n’était pas entièrement dans la lignée de l’Église de Dieu, mais je crois qu’il a laissé plusieurs bon témoignages, notamment des cantiques. Je me permets donc de citer cette histoire, trouvée sur un site internet auquel je suis abonné. Nous pourrions apprendre beaucoup de cet exemple.)