Archive | Travail et Finances RSS for this section

Arrête-toi!

Et toi, arrête-toi maintenant, et je te ferai entendre la parole de Dieu.

1 Samuel 9. 27

Voici un article qui m’a parlé ce matin. Il s’applique bien à moi et j’imagine que d’autres peuvent aussi en profiter.

Le réveil sonne; Jean saute du lit, court sous la douche puis avale son café. Après trois quarts d’heure dans un métro bondé, il arrive à son travail; une première réunion, suivie d’une seconde. Pendant la pause déjeuner, on continue à parler affaires avec les collègues. Puis ce sont les rendez-vous avec les clients, les comptes-rendus à rédiger d’urgence, le tout ponctué d’appels téléphoniques incessants… Il est déjà vingt heures, Jean arrive enfin chez lui, dévore un repas express en lisant son courrier, ses mails, puis se jette sur le canapé et allume la télévision. Il l’éteint peu après, trop fatigué pour suivre le film, se met au lit et s’endort comme une masse. Le réveil sonne…

Jean, il faut absolument que tu arrêtes de courir ainsi, tête baissée. Si tu continues, et si ton cœur ne te lâche pas avant, tu vas arriver à la retraite – et à la vieillesse – sans t’en apercevoir. Prends le temps de t’arrêter, d’écouter cette voix intérieure qui te dit que tu passes à côté de l’essentiel. Ce bonheur auquel tu aspires et que tu ne parviens pas à construire, Dieu veut te le faire connaître aujourd’hui. Si tu as une Bible, ouvre-la (tu peux le faire aussi sur internet), et lis l’évangile, découvre que Dieu t’aime et a tout préparé pour que tu sois heureux.

Oui, comme Jean, arrêtons-nous maintenant, écoutons le message de Dieu, qui nous dit en particulier: “Quel profit y aura-t­-il pour un homme s’il gagne le monde entier et fait la perte de son âme?” (Marc 8. 36).

Aimer les choses matérielles plus que la vie éternelle

Quel profit y aura-t­-il pour un homme s’il gagne le monde entier et fait la perte de son âme?

Marc 8. 36

La piété, avec le contentement, est un grand gain. Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter.

1 Timothée 6. 6, 7

L’or ou la vie

C’était en 1859. Un bateau, surchargé de passagers, naviguait sur le Mississippi. Beaucoup d’entre eux étaient des mineurs qui revenaient des mines d’or du nord-ouest des États-Unis. Tout à coup le bateau heurta un grand tronc à moitié immergé et se mit à enfoncer. Les passagers se précipitèrent dans les canots de sauvetage. Quelques-uns se jetèrent à l’eau. Mais l’un d’eux coula au fond du fleuve comme une pierre. Quand on retrouva son corps, on découvrit que toutes ses poches étaient pleines de pépites d’or, des pépites que les mineurs avaient abandonnées pour se sauver du naufrage. En quelques instants cet homme, avant de se jeter à l’eau, s’était emparé de toutes les richesses qu’il pouvait saisir. Cela lui avait coûté la vie.

Le comportement de cet homme peut nous paraître insensé, mais ne jette-t­il pas une grande lumière sur le nôtre? Est-ce le but de ma vie d’avoir le monde entier à ma disposition, avec ses richesses, ses plaisirs, éventuellement assortis de quelques bonnes œuvres pour me donner bonne conscience?

Tout cet acquis, sans valeur pour Dieu, ne peut que me charger quand je comparaîtrai devant lui, et me conduire, non pas au fond du fleuve, mais dans les tourments éternels (2 Thessaloniciens 1. 9). Dieu ne veut pas la perte de notre âme. Il a payé le prix pour la sauver. Jésus, son Fils, a porté le châtiment que méritaient nos péchés. Dieu peut alors décharger pour toujours de sa culpabilité celui qui croit en lui, il le couvre de sa justice qui lui donne accès au ciel. Hésiterions-nous à faire le bon choix?

Chrétiens d’autrefois et d’aujourd’hui

Si on vous insulte pour le nom de Christ, vous êtes bienheureux, car l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous.

1 Pierre 4. 14

Au troisième siècle, Cyprien, futur évêque de Carthage, écrivait à son ami Donatus: “Ce monde est mauvais, Donatus, incroyablement mauvais. Mais j’y ai découvert des gens paisibles et saints qui ont appris un grand secret. Ils ont trouvé une joie qui est mille fois supérieure à tous les plaisirs d’une vie de péché. Ils sont méprisés et persécutés, mais cela ne les décourage pas. Ces gens, Donatus, sont les chrétiens… et désormais j’en fais partie”.

Que le monde d’autrefois ait été aussi mauvais que le monde d’aujourd’hui, rien d’étonnant à cela. Mais dans ce monde-là vivaient des personnes qui, délaissant les plaisirs d’une vie de péché, avaient trouvé leur bonheur en Jésus Christ. Ils étaient persécutés mais ils savaient que tous ceux “qui veulent vivre pieusement dans le Christ Jésus seront persécutés” (2 Timothée 3. 12).

Ce témoignage rendu aux chrétiens des premiers siècles nous interpelle. D’autres, avant eux, avaient “accepté avec joie” qu’on enlève leurs biens, sachant qu’ils avaient d’autres richesses dans les cieux (Hébreux 10. 34). D’autres étaient prisonniers, affamés et maltraités (13. 3).

Aujourd’hui, de nombreux chrétiens dans le monde subissent l’oppression, la maltraitance, la prison. Prions pour nos frères et sœurs persécutés. Que la foi de tous ces croyants nous stimule, nous arrache à notre indolence et fasse de nous des témoins plus vivants qui n’ont pas honte de l’évangile de Dieu!

Malheureusement, aujourd’hui nous voyons mal que le diable nous assaille tout autant qu’il assaillait l’Église primitive. Je dirais même que nous avons oublié qu’il y a d’autres formes de persécution que la mort et la torture. Aujourd’hui nous pouvons souvent vivre une vie matériellement aisée, et nous croyons que cela n’a aucun effet sur notre santé spirituelle. Regardez les athlètes: si on les persuadait de ne pas s’entraîner plus de 20 minutes par jours, ils seraient bientôt des mauviettes. Souvenez-vous d’Hannibal et des délices de Capoue. Comme il dut se lamenter de ne pas avoir continué de se battre contre Rome! Ou regardez-moi: après deux ans de vie missionnaire, je suis tout essoufflé lorsque je grimpe 1000 mètres d’altitude en trois heures ou lorsque je joue au football pendant 30 minutes, comme je l’ai fait aujourd’hui (je ne joue pas bien d’ailleurs). J’ai arrêté d’utiliser certains muscles, et lorsque j’en ai besoin, je suis perdu!

Le diable opère ainsi: il a vu qu’il n’était pas arrivé à détruire l’Église en 15 siècles de persécutions, et essaie soit de l’endormir, de la diviser de l’intérieur, ou d’attirer ses membres aux plaisirs du siècle, une fois qu’ils y sont un peu accoutumés. C’est une drogue dangereuse que l’aise et le matérialisme! Pourtant, il y en a peu qui sont prêts à se priver de ses délices!

Demandons tous à Dieu de nous diriger pour que nous puissions ne pas être trop attaché à la vie ou aux biens matériels lorsque le moment viendra de nous en séparer pour le suivre…

Seul avec vos fardeaux?

(Jésus dit:) Je vous laisse la paix; je vous donne ma paix; je ne vous donne pas, moi, comme le monde donne. Que votre cœur ne soit pas troublé, ni craintif.

Jean 14. 27

Rejetez sur lui tout votre souci, car il prend soin de vous.

1 Pierre 5. 7

Seul avec vos fardeaux?

Cet étudiant qui échoue à ses examens, ce chef d’entreprise contraint de déposer le bilan, ce père de famille accidenté, ces victimes de guerres fratricides sans fin, qui s’en soucie vraiment? Jour après jour, nous apprenons de tels faits divers; ils occupent notre esprit quelque temps, ensuite… nous les oublions. Comment se mettre vraiment à la place des autres? Et puis, chacun a ses soucis…

La Bible rapporte ainsi le désespoir d’un homme: “Il n’y a personne qui me reconnaisse; tout refuge est perdu pour moi; il n’y a personne qui s’enquière de mon âme” (Psaume 142. 4).

Personne? Non, il y a une exception: Dieu lui-même, notre créateur, Seigneur du ciel et de la terre, s’intéresse à chacun de nous. N’est-il pas celui qui donne la vie et la respiration, et toutes choses? (Lire Actes 17. 22-28) Jésus dit aux foules, pour montrer à quel point l’existence de chacun de nous compte pour lui: “Même les cheveux de votre tête sont tous comptés” (Luc 12. 7).

Peut-être avez-vous ignoré jusqu’ici son existence, tout en profitant de ses dons journaliers. Ne fait-il pas “lever son soleil sur les méchants et sur les bons” (Matthieu 5. 45)? Dieu est même venu en personne sur cette terre en Jésus, son Fils. Dieu le Fils a été proche des êtres humains, qui ont pu le voir, l’écouter, le toucher. Crucifié pour que l’homme puisse s’approcher de Dieu, Jésus est ressuscité. Avant de quitter les siens, il leur a dit, comme à chaque croyant: “Moi je suis avec vous tous les jours, jusqu’à l’achèvement du siècle” (Matthieu 28. 20).

 

Lu sur le site de « la bonne semence »

Et si je rate?

Confie-toi de tout ton cœur à l’Éternel, et ne t’appuie pas sur ton intelligence; dans toutes tes voies connais-le, et il dirigera tes sentiers.

Proverbes 3. 5, 6

Remets ta voie sur l’Éternel, et confie-toi en lui.

Psaume 37. 5

Si je rate…

Devant les portes du centre d’examen, les étudiants se pressent. Après avoir travaillé dur, ils viennent passer aujourd’hui “le concours”, but de leurs efforts. Les candidats sont nombreux, mais très peu seront pris.

En attendant qu’on les appelle, certains discutent:

– Quand je pense que tout mon avenir va se jouer dans les heures qui viennent, j’ai froid dans le dos, gémit Romain.

– J’ai tout misé sur ce concours. Si je rate… Non, je n’ose même pas y penser… marmonne un autre étudiant.

– Moi, si je rate, je n’ai plus d’avenir, déclare un redoublant.

Luc écoute ses camarades en silence. Lui aussi a travaillé dur. Il est stressé ce matin, comme tout le monde. Il aimerait bien réussir. Mais Luc est chrétien, et son état d’esprit est différent. Il s’est bien préparé, mais il a remis à Dieu son Père l’issue de ses efforts. “Si je rate?” Eh bien, Luc sait que Dieu fait travailler toutes choses – toutes, donc aussi un échec éventuel – pour son bien (Romains 8. 28).

Jeunes croyants, estimez comme une expérience particulièrement utile de traverser ces moments d’incertitude avec Dieu. N’oubliez pas non plus le vrai but de votre vie, votre avenir céleste, qui vous est déjà assuré. Quel contraste avec ceux qui n’ont pas d’espérance! Vous avez appris à vous mobiliser pour réussir une étape de votre vie sur la terre. Que cela vous aide à vous consacrer au Christ, à mieux l’aimer, le connaître, le suivre et le servir.

Je me souviens des jours où j’étais tellement stressé à cause de mes examens du Bac, auxquels je me sentais mal préparé parce que toute mon éducation s’était effectuée à distance. Les espoirs que mon père fondait sur mes résultats me pesaient énormément. Je ne parvenais pas à me soustraire à la crainte de sa réaction lorsqu’il verrait mes notes, qui seraient certainement plus basses qu’il n’espérait. Je dramatisais; déprimé,  j’avais des insomnies. Quel poids pour mon jeune âge!

Dieu n’a pas voulu que l’homme ait à supporter ces épreuves par sa propre force. Certains y parviennent, mais d’autres ne supportent pas le pression que la société exerce sur eux et finissent par craquer, tombant dans les abîmes de la déprime, de la révolte ou du suicide. Si j’avais été plus attentif à la voix de Dieu à cette époque, j’aurais compris qu’il me chuchotait doucement que je n’avais pas à supporter ce fardeau, qu’il avait porté mes épreuves pour moi sur la croix, et que si seulement j’acceptais son sang rédempteur et que je lui confiais toute ma vie, sachant qu’il il est tout puissant, et qu’il connaît déjà mon avenir, j’aurais pu être beaucoup plus serein.

Souvenons-nous que même si nous raton l’une des épreuves que la société cherche à imposer sur nos vies, rien n’est perdu, et que Dieu a un plan pour nous qui dépasse ce que nous imaginions. Dieu n’a pas seulement besoin de bacheliers, de professeurs, d’hommes d’affaires, ou encore de théologiens. L’homme le plus doué du monde est inutile à Dieu, s’il n’a pas l’humilité de soumettre sa vie à la volonté de son Créateur. Dieu n’a jamais créé de la camelote. Chaque homme peut lui être utile d’une manière entièrement unique.