Archive | Inde RSS for this section

Chanter

Je louerai le nom de Dieu dans un cantique, et je le magnifierai par ma louange.

Psaume 69. 30

Tu as été mon secours, et à l’ombre de tes ailes je chanterai de joie.

Psaume 63. 7

Le chant est une façon d’exprimer ses sentiments. C’est aussi pour les croyants un moyen de louer Dieu et de lui dire leur reconnaissance; leurs chants deviennent alors des cantiques.

Ainsi le peuple d’Israël a chanté, après avoir été délivré de l’esclavage subi en Égypte, et avoir franchi la mer Rouge (Exode 15. 1). Le roi David aussi a chanté des cantiques lorsque Dieu l’a délivré de ses ennemis: “Je me suis confié en ta bonté. Je chanterai à l’Éternel, parce qu’il m’a fait du bien” (Psaume 13. 5).

Je me rappelle qu’un jour au Népal, en travaillant à reconstruire un village détruit par le tremblement de terre de 2015, j’avais remarqué des dissensions parmi les villageois, tant dans la méthode de reconstruction, que dans la décision de quelles maisons prioriser, au point que plusieurs refusaient de travailler. C’était pourtant un village ou 90% des gens se disaient chrétiens. En fait c’était deux pasteurs qui étaient les plus gros fauteurs de troubles. J’en avait parlé à un homme en qui j’ai beaucoup de confiance, Richard Bhujel, qui nous servait d’interprète lorsque nous ne comprenions pas assez bien le népali et qui nous avait conduit jusqu’à ce village. C’est un homme très droit et simple, mais doté d’une compréhension profonde de l’homme. Il me dit qu’il voyait un gros problème dans ce village, un signe pour lui du manque de vraie régénération et de fraternité: personne ne chantait. Je me sentis tout de suite repris, car moi aussi je n’avais pas chanté, tout occupé que j’étais à essayer de comprendre la situation et de résorber les problèmes tout en souffrant de la chaleur accablante. Je retournai bien vite au travail, et trouvai la grâce de commencer à chanter de temps à autre lorsque je n’avais pas à parler à quelqu’un. Lorsque j’ai pu assez me détacher de ce monde pour penser aux paroles des cantiques que je chantais, j’ai moins ressenti la chaleur ambiante et la tension sur les chantiers. En fait, je crois que j’ai entendu deux ou trois autres hommes commencer à chanter aussi. Quelle belle contagion! Et surtout, quel apaisement en moi!

Chrétiens, nous avons en effet bien des raisons de louer notre Dieu par des cantiques! Ne nous a-t-­il pas, par Jésus Christ, sauvés du jugement éternel? Ne faisons-nous pas chaque jour l’expérience de sa bonté et de sa protection? Lorsque nous chantons, nous exprimons ce qu’il y a dans notre cœur quand il est rempli de ce que le Seigneur a fait pour nous à la croix, de ce qu’il fait maintenant pour nous chaque jour, de la grandeur de sa personne et de l’espérance d’être avec lui pour toujours.

Si nous nous arrêtons à nos soucis et problèmes divers, nous n’aurons pas le cœur à chanter. Cependant, même dans les épreuves, il est possible de chanter. Paul et Silas en prison nous donnent l’exemple, eux qui, malgré leurs blessures et l’incertitude de leur sort, “chantaient les louanges de Dieu; et les prisonniers les écoutaient”(Actes 16. 25).

Alors chantons! À quelques-uns, en famille, ou même seuls, nous pouvons nous encourager, nous consoler, et fortifier notre foi en chantant des cantiques.

Je quitte l’Inde

Bonjour à tous!

Je n’ai pas eu le temps d’écrire beaucoup récemment, en partie parce que mon frère est arrivé en Inde pour me rendre visite.

J’aimerais vous notifier de mon départ de l’Inde. Aujourd’hui je quitte Siliguri. Demain nous visiterons Agra, puis dans la nuit du 12 au 13 juillet, nous nous embarquerons pour Paris. Nous passerons près d’un mois à voyager.

Je n’aurai donc pas le temps d’écrire des articles avant le milieu du mois d’août. Mais je vous garderai au courant de ma progression sur la page Mon Tour de France.

Si jamais vous voulez nous rencontrer et que vous voyez que notre itinéraire passe près de chez vous, SVP contactez-moi.

Priez aussi pour le succès de nos distributions de tracts au cours du voyage et pour notre sécurité.

À bientôt!

Le Népal et le Manipour: dangers et bénédictions…

Le 25 avril 2015 restera pour trente millions de Népalais et pour bien d’autres, une tragédie difficilement oubliable.
Ce samedi, nous étions allés dans les environs de Chalsa, non loin de la frontière du Bhoutan, pour y offrir des médicaments gratuits aux habitants (appartenant à l’ethnie Munda) d’un village situé au cœur d’une plantation de thé. Quand je dis « nous », cela signifie Michaël Nightingale et Éthan Phelps accompagnés de votre dévoué serviteur. Nous rencontrerions plus tard deux docteurs bengalis, une infirmière, et quelques amis venus du Manipour, prêts à nous assister en auscultant les villageois, ou encore en organisant les flux impressionnants de patients attendant leur paquet de médicaments.

J’étais dons assis dans un bâtiment séparé de notre clinique de campagne, en train d’expliquer (en hindi) les raisons de notre aide humanitaire et comment Jésus nous a enseigné de faire cela par son exemple. J’avais avec moi une bonne réserve de traités en hindi et en sadri que je distribuais à ceux qui en voulaient bien. Parfois, nous donnions aussi des conseils d’hygiène aux villageois ainsi assemblés.

Soudain, je suis pris d’un léger vertige et je sens ma chaise vibrer légèrement. Une rumeur s’élève; les gens s’exclament भूकंप! भूकंप! (tremblement de terre). Nous sortons aussi rapidement que possible, mais dans l’ordre. La terre continue de trembler pendant environ 20 secondes. Il est midi moins cinq. J’étais loin de me douter qu’à moins de 400 kilomètres du lieu où je me tenais, plus de 10 000 personnes venaient d’être écrasées sous les décombres de leurs demeures. Les habitations de 200 000 ménages étaient détruites et 200 000 autres demeures étaient endommagées.

Ce n’est qu’après une heure environ que je me rendis compte en partie de l’ampleur des dégâts. Plusieurs personnes m’appelèrent ou s’enquirent de mon état par SMS. J’appris qu’on avait bien senti la secousse sismique jusqu’à Calcutta et Delhi. L’épicentre se trouvait au nord-ouest de Katmandou et on évaluait la magnitude du tremblement de terre à 7,9 sur l’échelle de Richter.

Sur le coup, je n’avais pas pensé que c’était un grave séisme. Je m’étais demandé où l’épicentre se trouvait, et si les journaux en parleraient le lendemain. Il est vrai que j’avais senti un peu de vertige et mes jambes étaient mal assurées pendant quelques minutes, mais je n’y avais pas prêté plus d’attention.

Le séisme fit quatre morts à Siliguri, notre ville.
Au fil des jours suivants (dimanche et lundi), nous ressentîmes deux autres secousses de manière marquée et quelques secousses non vérifiées. Le séisme du lundi 27 avril avait pour épicentre Mirik, à la frontière du Népal, à 30 km de chez nous à vol d’oiseau. Le dimanche, j’étais dans la maison à l’ordinateur lorsque la terre a tremblé, et le lundi j’étais dans la plantation de thé, en train de me promener juste avant le coucher du soleil.

À partir du lundi 27, un exode massif débuta à Katmandou : au cours des deux prochaines semaines, la ville allait perdre plus d’un million d’habitants (sur moins de trois). La crainte d’autres répliques, l’omniprésence de bâtiments partiellement effondrés, et le manque de terrains de foot offrant un lieu de campement sécuritaire étaient tous des facteurs de ces départs. Les écoles allaient être fermées pendant trois semaines, il n’y avait donc aucune raison de rester. Partout dans la région affectée il y avait pourtant d’autres problèmes, tels que la rupture des canalisations d’eau, un ingrédient qui semble être nécessaire à la vie. Les gens vivant groupés dans des campements de fortune ne jouissaient pas de conditions hygiéniques ni de médicaments suffisants, et on craignit le pire, surtout en voyant l’afflux de réfugiés venus de Katmandou. En même temps, l’aide humanitaire semblait trop souvent bloquée à Katmandou, parfois à cause de glissements de terrain, mais aussi à cause d’autres problèmes logistiques. Les nombreux avions lourds qui atterrirent à Katmandou vers la fin avril endommagèrent la piste de l’aéroport international. On dut à nouveau leur fermer la piste. Des secouristes étrangers s’évertuèrent à sauver quelques vies, une équipe française retrouvant même un homme vivant après trois jours sous les décombres.

Au moment du séisme, il y avait entre 300 000 et 400 000 étrangers au Népal selon le gouvernement. Certains (surtout touristes) demandèrent l’évacuation immédiate. D’autres, touristes ou membres d’une ONG, se mirent tout de suite à acheminer des soins dans les villes et villages affectés. Quelques touristes continuèrent de visiter le pays, dont le cœur était en ruines (en tout cas selon les médias). Le mont Everest vit une vingtaine de personnes mourir sur ses flancs enneigés. La Chine décréta la fin de la saison d’alpinisme du côté nord, alors qu’au Népal les Sherpas refusaient de déblayer les cols obstrués par les avalanches, malgré l’autorisation du gouvernement local. On verra plus tard qu’ils eurent raison de se montrer prudents.

Nous nous mîmes donc à explorer les diverses méthodes d’aide humanitaire qui seraient à notre portée. Ceci fut en fait surtout du ressort de Michaël, car Éthan et moi avions déjà d’autres plans : nous évader dans le nord-est de l’Inde, aux confins de la Birmanie. Nous partîmes donc le mercredi 29 juillet à bord d’un train qui affichait déjà 6 heures de retard sur l’horaire. Au cours des premières heures à bord du train, j’eus l’impression que le train allait moins vite que d’habitude et que les rails n’étaient peut-être pas en parfait état. Mais le train accéléra après quelque temps, et nous arrivâmes à Guwahati après un trajet qui dura 8 heures. Le jour suivant, nous appelâmes quelques pasteurs locaux pour leur proposer des traités (nous avions pris une boîte de 4 000 traités avec nous) nous parvînmes à les distribuer et aussi à nous empiffrer au cours d’un délicieux « dernier repas » avant d’aller au Manipour. Le Manipour est à la limite de toute civilisation (un des critères est la présence de restaurants). La dernière victime d’un chasseur de têtes Naga remonte aux années 1990… C’est l’État le plus dangereux d’Inde. La guérilla y sévit entre les mercenaires du gouvernement indien (Assam Rifles) et les divers groupes « souterrains » associés au mouvement indépendantiste Naga.

MANIPOUR

C’est donc le 1er mai au matin que nous atterrissons à Imphal, capitale du Manipour. Nelson et Marilyn Dyck, missionnaires à Kabinam, nous attendent après l’interrogatoire des services de renseignement. J’ai trouvé l’atmosphère de l’interrogatoire plus relaxe que l’année passée. Ils ont même permis à Éthan d’aller chercher ses bagages avant la fin et n’ont pas passé de coup de fil pour vérifier mes dires. Nous avons visité l’unique attraction historique du Manipour : le fort de Kangla. Il contient un site de fouille archéologique, des urnes contenant les restes de plus sieurs rajas, plusieurs temples et des jardins de roses ainsi que plusieurs magnifiques frangipaniers et magnolias, flanqués d’orchidées. Apparemment, les rois du Manipour y vécurent pendant très longtemps : il y a eu un fort depuis 1632, lorsque des prisonniers chinois enseignèrent aux indigènes comment faire des briques… La dynastie des Ningthouja régna à Imphal entre 33 avant J.-C. et la guerre anglo-manipourie en 1891 et garda certains privilèges jusqu’en 1971.

Après quelques achats en ville et du curry de poulet thaï dans l’un des deux restaurants de la capitale, nous avons pris la route nationale 39 qui relie la cuvette d’Imphal au reste du pays. Ce fut une occasion de lire pour moi, en jetant parfois un coup d’œil vers les rizières et les montagnes. C’est ainsi que j’ai finalement terminé la lecture du livre (À mains nues) d’Alain Robert, l’homme-araignée. J’avais aussi terminé Métronome de Lorànt Deutsch à bord du train le 29. Je recommande le premier aux férus d’action et d’adrénaline et le second aux passionnés d’histoire de France.

Après deux heures de route, nous arrivons à Kabinam, où Nelson et Marilyn habitent et où quelques membres de l’Église résident aussi : Shangba et Rhina Maram et leurs (6 ou 7?) enfants et Kabijohn, jeune homme de 23 ans, chez qui nous passerons les trois prochaines nuits. Là, mauvaise nouvelle, Kabijohn ne comprend pas que nous ne mangions pas autant que lui (ce qui m’est absolument impossible) et nous forcera à nous empiffrer royalement au cours des prochains jours. Beueuhh… Enfin, il faut avouer que la nourriture était bonne et saine, mais bien trop abondante.

Pique-nique

Le samedi, nous descendons dans la vallée à bord du Boléro Mahindra de Nelson et Marilyn. Kabijohn est à bord ainsi que deux des fils de Shangba. D’autres jeunes hommes (étudiants à l’université Don Bosco) nous rejoignent bientôt. Plus tard Shane et Rachel viendront s’ajouter au groupe. Nous passons 6 heures dans la vallée, à cuisiner, éplucher des oignons et des gousses d’ail, papoter, laver les voitures dans la rivière… Enfin rentrés chez Kabi, nous prenons un peu de repos avant d’aller chanter chez Nelson et Marilyn. J’aime bien ce groupe de jeunes gens. Ils chantent très bien et j’adore leurs cantiques en Maram!

Le dimanche matin, premier culte à 7h30. Puis Éthan, Kabi et moi escaladons la pente escarpée sur laquelle étaient autrefois juchées les batteries nippones. Éthan raconte l’histoire d’Achab à Jéricho devant une vingtaine d’enfants issus d’un village catholique. Puis nous redescendons et, une fois arrivé à l’orphelinat de Shangba, je raconte l’histoire de David menant l’arche de l’Alliance dans sa nouvelle capitale : Jérusalem.

Pour le dîner, nous sommes invités chez Nelson et Marilyn, où nous retrouverons aussi Shane et Rachel ainsi que John Peren, un jeune homme à l’esprit très agile, et au sens de l’humour engageant. L’après-midi, nous ferons découvrir à Éthan les vestiges de la capitale de la tribu de chasseurs de têtes : Maram Khullen. La journée se termine chez Shangba, par un autre culte.

Le lundi matin, nous Kabijohn, John, Paher et un autre jeune homme dont je ne me souviens plus du nom se sont embarqués avec nous dans notre convoi à destination de Kohima.

Deux heures de route plus tard, nous arrivions en vue de Kohima, avec un premier arrêt au musée-village culturel naga où se déroule en décembre le célèbre festival du calao. On y voit des répliques des huttes royales de chaque tribu du Nagaland. J’y ai rencontré un jeune couple québécois qui passait un mois dans le Nord-Est. Il y a aussi un musée passionnant racontant les combats entre les forces alliées (surtout indiennes et britanniques) et les Japonais (accompagnées de quelques indépendantistes indiens) dans la région de Kohima et d’Imphal. J’ai lu récemment que cette bataille est à ce jour classée parmi les cinq batailles les plus importantes de l’histoire britannique par le public anglais. Nous avons aussi visité le cimetière britannique (placé à l’endroit même des combats corps-à-corps entre eux et les Japonais, où les Japonais exterminèrent presque la garnison britannique avant d’être obligés de battre en retraite à cause de l’arrivée des renforts. Pas de cimetière japonais…

Après un repas de nouilles chow mein dans un petit café, Nelson et Marilyn sont retournés à Kabinam avec les garçons, et Éthan et moi avons continué vers Dimapour dans le 4×4 de Shane et Rachel. Dommage de devoir quitter Kabijohn si tôt, c’est un jeune frère très attachant. J’aime bien écouter ses pensées ou encore le récit de son cheminement vers l’Église.

Les deux prochains jours furent passés à faire des courses dans cette ville au climat torride et à examiner des orchidées dans divers jardins. J’ai aussi lu les journaux, surtout remplis d’articles au sujet des disputes entre le Nagaland et l’Assam et ponctués de notes concernant diverses embuscades à l’encontre des troupes fédérales dans la région. Apparemment, le cessez-le-feu aurait une nouvelle fois été violé… Dans l’après-midi du mercredi 6 mai, Éthan et moi étions de nouveau sur le quai de la gare de Dimapour. Notre train arriva à Siliguri le lendemain matin à 5h55 (5 minutes d’avance sur l’horaire!).

SILIGURI et le NÉPAL

Bon depuis notre retour, je n’ai pas fait grand-chose. Shane et Rachel nous ont suivis ici, arrivant par avion le lundi 11 mai. Le même jour, Shane, Michaël et Éthan partaient pour le Népal en compagnie de Richard Bhujel et Rajay Bhujel, deux Népalais qui devraient nous aider à trouver un village ou deux où nous pourrons aider les sinistrés à reconstruire leurs vies.

Le lendemain, j’étais au centre commercial vers midi. J’avais déjà mangé dans la rue, mais comme j’avais soif après tous ces achats, je me suis permis d’entrer au Café Coffee Day (je dis ça pour rire). Je venais tout juste de m’asseoir devant mon livre captivant de Bill Bryson intitulé « À la maison », lorsqu’un client s’écria : « Dats ane éeurtquéke! ». (je n’ai toujours pas compris pourquoi son premier réflexe n’aurait pas été de le dire en bengali ou en hindi) Tout le monde s’élança dehors avec plus ou moins de flegme… Je laissai même mon sac à dos dans le café dans mon empressement. 7,4 sur l’échelle de Richter. Et ce coup-là, ça m’a vraiment secoué dans les oreilles au point de me donner le vertige plusieurs fois au cours de prochains jours, me rendant en même temps super-hyper sensible aux moindres vibrations et paranoïaque à cause du bourdonnement dans mes oreilles qui persiste jusqu’à aujourd’hui (14mai). Une moto à 500m ou un avion pouvaient me faire croire dur comme fer qu’il y avait un tremblement de terre jusqu’à ce que je regarde les lignes électriques, qui s’agitent follement lorsqu’il y a vraiment une secousse.

Bon, plus de peur que de mal, car on ne dénombre qu’une centaine de morts après ce séisme, contre près de 9000 pour l’autre. En fait, bien que l’épicentre se soit déplacé vers nous, créant de nouveaux dégâts près du mont Everest, la majorité des bâtiments fragiles étaient déjà tombés ou évacués suite au précédent séisme, limitant le nombre de personnes affectées. Mais ça nous a tous secoués de nouveau et nous a rappelé que notre vie n’est pas vraiment entre nos propres mains. Impossible de passer un coup de fil après cela, les réseaux étant débordés, mais les SMS passaient toujours. J’ai vite appris que tous étaient en sécurité à la maison et au Népal respectivement. J’ai pris mon cappuccino après quelques minutes, mais je n’avais plus vraiment envie de lire.

J’ai souffert depuis d’un bourdonnement dans mes oreilles, de léger vertige à plusieurs reprises et d’une hypersensibilité aux vibrations. C’est-à-dire que je ressentais des secousses à tout moment et que je me figurais qu’il y avait des secousses à tout moment. Même maintenant j’en sens tout le temps. Mon propre battement de cœur qui lui-même fait vibrer ma chaise peut me leurrer ainsi et me faire croire que la terre bouge. C’est assez terrifiant, si on ne met pas sa foi en Dieu. J’ai à plusieurs reprises pris réconfort dans de tels versets que ceux en Marc où Jésus dit aux disciples de croire que nous avons déjà obtenu ce que nous avons demandé de lui lorsque nous prions.

Bien sûr, c’est parfois même assez irrationnel de craindre tant alors que jusqu’à présent notre ville n’a pas vraiment subi de dégâts, mais nous ne sommes pas loin de la faille, tout peut arriver. Aujourd’hui, le 16, j’étais de nouveau au même centre d’achat (pour acheter des tentes et des moustiquaires) et dans le même café, avec Shane et Rachel et leurs enfants, lorsqu’une réplique de magnitude 5,7 m’a secoué, je me suis levé et me suis projeté vers la porte avant de m’arrêter pour me demander si mon cerveau me jouait un tour de nouveau. Les autres me regardaient avec surprise, et je leur ai expliqué confusément que je pensais avoir senti la terre trembler. Puis de nouveau j’ai ressenti mes jambes perdre de leur assurance et vu d’autres personnes se précipiter dehors. J’ai pris mes jambes à mon cou avec tout mon courage 🙂 et suis sorti bien vite (et dignement, avec autant de flegme que possible…). Shane n’avait toujours rien senti. Incroyable comme nous ressentons les choses différemment. Pourtant, [là, je viens d’interrompre l’écriture de cette lettre pour vérifier que je ne ressentais pas vraiment une secousse… horrible, je vous dis! Vivement le retour au pays!] au moins la moitié des gens présents dans le centre d’achat étaient sortis. L’USGS confirma plus tard que je n’avais pas rêvé cette fois-là.

Lundi je pars pour Thumi, au Népal. C’est un hameau juché sur une montagne non loin de l’épicentre du premier séisme. 22 des 23 maisons sont rasées. L’église, l’école et une maison tiennent debout, mais il faudra probablement démolir la maison. Nous avons promis de fournir les matériaux pour reconstruire ce village. Un autre village de 50 familles recevra 50 moustiquaires et du sel. Et nous soutenons un autre groupe ici à Siliguri qui vient en aide à quatre autres villages au Népal. Je devrais rester au Népal jusqu’à samedi. Pour accéder à Thumi, il faut compter 15 heures de route et trois heures de marche (5km de chemin sinueux pour accéder au village qui se trouve à 1000 mètres plus haut que le point de départ). Les vieux Népalais y acheminent des sacs de 50 kilos de riz sur leurs têtes et pieds nus…

Bon, je crois que c’en est assez pour l’instant au sujet de ma petite vie ici. J’apprécie vos messages, vos prières, vos encouragements. J’espère vous voir face à face bientôt et n’hésitez pas à me donner de vos nouvelles!

Séisme au Népal

Bon, nous savons tous qu’il y a eu un tremblement de terre au Népal le 25 avril. Magnitude 7,8 ou 7,9. Celui-là a été suivi d’autres secousses; des centaines.
L’épicentre s’est approché inexorablement de Siliguri, arrivant jusqu’à 30 km de chez moi, mais la magnitude était inférieure.

Aujourd’hui, 12 mai, nous avons ressenti plusieurs nouvelles secousses, dont la première avait pour épicentre Namche Bazar au Népal, près du Mont Everest. Magnitude 7,4. On a senti le séisme jusqu’à Delhi et Calcutta.

Je vous remercie pour les prières que vous avez adressé au Seigneur pour notre sécurité et aussi pour celle des habitants de la région. Nous avons trois frères de l’Église qui sont en ce moment en train d’aider les victimes du premier séisme. Ils vont bien. Nous finançons aussi quelques autres projets au Népal.

Les habitants de notre région et du Népal se sentent tellement impuissants devant le nombre et la puissance de ces séismes. Ils ne peuvent rien faire. Environ 400 000 familles au Népal ont perdu leur logement (écroulé ou endommagé). Moi-même j’ai senti une petite vague de dépression lorsque je me suis rendu compte que ce n’était pas fini, que nous aurons probablement droit à d’autres secousses majeures. Les sismologues prédisent qu’un séisme de magnitude 8 (au minimum) se prépare toujours. Le traumatisme dans mon oreille interne, causant un bourdonnement incessant dans mes oreilles et me faisant sentir la moindre vibration contribue à me pousser à l’anxiété. Quelle horreur!

Pourtant Dieu est là. Je me suis rendu compte que de nouveau j’ai eu à me tourner plus entièrement, plus profondément, plus complètement vers lui. L’avais-je oublié? Non… euh, enfin, presque…
Je me suis rendu compte de nouveau du plaisir et de l’assurance qu’on peut avoir en Dieu. Qu’il est facile de manquer de foi; de prier, mais de ne croire qu’à moitié que Dieu contrôle ma vie. Je veux croire plus constamment, plus réellement. Quel apaisement de lire des paroles de réconfort dans la Bible et de savoir qu’il veille! Si je meurs, c’est qu’il le voulait. Gott ist mit mir, davon bin Ich sicher! Que personne ne me pleure. C’est mon testament.

Je ne crois pas que ces lignes seront mes dernières lignes. Néanmoins, nous devons toujours y être préparés, quoi qu’il advienne.

Quel type de missionnaire suis-je?

Il y a une semaine, je rencontrais Arnaud, un étudiant Français en architecture, qui était de passage au Rabelais, restaurant français à Siliguri, dont le propriétaire est son ami. Pour l’anecdote, Arnaud fait une maîtrise au sujet du célèbre architecte français « Le Corbusier » qui a planifié la ville de Chandigarh où Arnaud étudie et dont il hait le style et l’idéologie.

Je me suis entretenu de choses et d’autres avec Arnaud pendant une heure environ. Il n’avait pas l’air pressé. Nous étions plutôt d’accord sur de nombreux sujets: notre amour pour l’histoire, notre interprétation de celle-ci semblait assez proche, de la nécessité d’apprendre des langues, de l’hégémonie agaçante de l’anglais qui s’infiltre si facilement dans notre vocabulaire, amour pour la France et pour l’Inde ou encore la Russie. Je dirais que son anglophobie était plus forte que la mienne, alors que je trouve parfois que je ne suis déjà pas assez charitable envers ceux-ci. Mais notre plus grande différence fut observée au début de la conversation: Arnaud m’ayant demandé ce que je faisais ici, je lui ai parlé un peu du travail humanitaire que nous accomplissons, ce qui a entraîné plusieurs remarques de sa part démontrant le peu d’affection qu’il a pour les ONG.

Depuis, j’ai été poussé à me reposer ces questions que je me suis déjà posé plusieurs fois: quelle sorte de missionnaire suis-je?

Suis-je un missionnaire casanier ou aventurier? Il y a probablement des excès dans les deux. Un missionnaire casanier ne peut pas voir grand monde, puisqu’il ne sort presque jamais de chez lui, et tout le monde sait qu’il est très rare que les « indigènes » (c-à-d les gens locaux) viennent rendre visite à un tel étranger, à moins de venir lui demander de l’argent. Toutefois, nous ne pouvons pas devenir missionnaire seulement par esprit d’aventure. Ce n’est que si nous faisons notre travail pour Dieu et non pour notre propre satisfaction que nous pouvons être utiles à Dieu. Arnaud se méfiait de la malhonnêteté des ONG, sclérosées par des membres qui recherchent une vie facile, profitant du soutient des gens en Europe ou en Amérique du Nord pour se la couler douce dans un pays où la grande vie est facilement accessible avec relativement peu d’argent. Je connais de tels missionnaires ici à Siliguri, qui font leur marché de temps à autre, qui vont au cinéma trois fois par semaine, qui se promène en voiture haut de gamme, qui partent en randonnée dans l’Himalaya tous les mois, qui ne se réveillent qu’à 10h, et qui font faire tout le ménage et une partie de leur nourriture par une bonne (si celle-ci sait faire de la nourriture américaine). Évidemment, ils ne sont pas tous comme ça, mais je crois que la majorité des missionnaires ont été tentés de faire ainsi au moins dans une certaine mesure. C’est à éviter à tout prix afin de montrer que nous voulons être des égaux avec ceux que nous évangélisons.

Par contre, il arrive aussi que nous soyons trop ambitieux ou aventureux, à la recherche de gloire et de reconnaissance dans la sphère missionnaire. Là, je dois dire que j’ai de grosses tentations parfois. J’aimerais tant commencer des projets géniaux, écrire et traduire de nombreux livres, voir de nombreux gens se joindre à l’Église au cours de mon temps dans un certain endroit, être connu pour mon zèle et mon désir de servir Dieu. Mais bien que ces désirs soient bons en soit, ils sont dangereux lorsqu’ils ne sont plus associés à un esprit humble et ouvert à l’Esprit de Dieu. Ils deviennent l’oeuvre du diable qui cherche à nous donner un esprit d’indépendance qui nous fera différer de plus en plus de nos frères, jusqu’au jour où finalement nous ne serons plus réellement frères dans la foi et où nous découvrirons que nous ne servions pas Dieu, mais nous-même. Dieu ne bénit pas les bonnes œuvres que nous faisons à l’encontre de sa volonté. Il est dangereux de prendre ce chemin, pour notre âme, et pour celles de ceux qui nous suivrons, croyant écouter Dieu. Voici un petit exemple de ce que font les gens de bonne volonté mais qui ne sont pas dirigés par l’Esprit. Arnaud m’a raconté qu’il y a bien des endroits en Afrique où des ONG creusent des puits au milieu du village. Il disait que parfois les habitants détruisent ces puits parce que selon leurs traditions, le puits doit être à l’extérieur du village afin que les femmes aient un lieu désigné pour se rassembler et parler sans l’interférence des hommes. Si ces volontaires avaient été plus attentifs à la voix de Dieu, n’auraient-ils pas fait un peu plus de recherche au sujet de la culture locale, n’auraient-ils pas entendu Dieu leur dire: « non, pas ici, cela indignera les gens » ou encore « c’est à pure perte, ne le faites pas! »?

Encore une question: suis-je charitable envers ceux autour de moi? Suis-je capable d’aimer chaque mendiant qui vient à la porte? Ai-je assez d’amour pour passer du temps à prier avec un lépreux ou pour aller à l’église une troisième fois dans la journée au lieu de relaxer dans mon salon ou dans un restaurant à air climatisé? Suis-je égoïste au point de ne pas accepter de prendre un inconnu avec moi dans ma voiture sous prétexte qu’il pourrait être dangereux et me voler quelque chose? Suis-je disposé à accepter les coutumes locales pour ce qu’elles sont et me montrer moins rigide dans ce qui n’a rien à voir avec la religion, mais seulement avec des différents cultures? Je pourrais continuer, mais je crois que vous me comprenez.

Prions Dieu qu’il nous donne tous d’être de vrais missionnaires pour lui partout où nous sommes.

 

Mon emploi du temps à Siliguri

emploi du temps

 

Voici un bref texte pour vous aider à mieux comprendre ce que je fais ici à Siliguri, ainsi que le rôle que Michael et Mélissa et Bryan jouent. J’exposerai donc notre routine hebdomadaire, comme elle est organisée actuellement. Elle a souvent changé, et elle changera surement lorsque Bryan Dirks et nous quittera au mois d’août et sera remplacé par Ethan Phelps, (18 ans, Floride). C’est déjà le cas lorsque nous partons en voyage à Calcutta ou au Manipour par exemple.
Lundi :
Tous les matins en semaine, Bryan et moi, qui habitons au rez-de-chaussée, nous levons aux alentours de 7h. À une époque, lorsqu’il faisait moins chaud, nous nous levions plus tôt pour courir dans les plantations de thé, mais nous n’en avons plus le cœur maintenant. Nous lisons notre Bible, regardons nos courriels, prenons une douche, à temps pour nous présenter à 8h à l’étage pour les dévotions en famille. Michael Nightingale, Bryan et moi lisons tour à tour des Écritures en apportant quelques pensées. Après la prière, nous parlons de notre plan de jeu pour la journée. Après quoi Bryan et moi redescendons pour faire le déjeuner : crêpes, œufs, pain perdu, rôties enduites de miel… bref, de quoi nous donner de l’énergie pour la journée. L’un de nous s’occupe de laver la vaisselle, alors que l’autre balaie le sol du rez-de-chaussée. Vers 9h ou 9h30 nous sommes prêts à travailler. (N’ayez pas peur, s’il le faut nous pouvons faire tout cela beaucoup plus tôt et plus vite, mais en général il n’y pas le feu.) Nous passons souvent la matinée à répondre à une lettre ou deux, à remplir quelques boîtes de traités, ou à aller visiter un pasteur de la région. L’heure du dîner est aux environs de 12h30.
Après le dîner, Bryan va souvent à la poste, pour envoyer les boîtes de traités remplies, alors que je me prépare à accueillir Samuel Mahakal, mon enseignant particulier de hindi, ainsi que notre traducteur anglais/hindi. Il arrive habituellement juste après 14h. Nous discutons d’abord des difficultés rencontrées lors de la traduction d’un traité ou d’un livre qu’il est en train de traduire pour nous. Cette discussion se déroule généralement en anglais, mais j’apprends des mots de hindi. Parfois il y a même une discussion au sujet des doctrines des Églises avoisinantes ou de L’Église de Dieu en Christ. Puis nous passons à la leçon proprement dite : plus un mot d’anglais à moins d’une nécessité absolue, ou s’il n’y a pas de mot équivalent en hindi. Je lis un texte écrit en Dévanagari dans un livre d’école du primaire. Je marque les nouveaux mots dans un cahier où j’essaierai de jeter un coup d’œil de temps en temps pendant la semaine. Il me pose aussi des questions du genre : « comment dirait-on… Ma belle-mère est décédée avant que ma femme ne soit née » (enfin pas toujours autant d’humour), ou « Il est devenu très difficile d’emprunter cette route à cause des dommages occasionnés par les pluies ». Bien-sûr, quand je traduis de telles phrases, le style n’est pas aussi beau qu’en français, parce que je n’ai qu’un vocabulaire de base. Nous parlons aussi de sujets d’actualité en hindi. Vers 16h, Samuel monte à l’étage donner une leçon de 90 minutes à Michael. Pendant ce temps, je suis habituellement libre de faire ce que je veux : écrire, aller au marché, chez le coiffeur, chez mon tailleur… à moins d’avoir à m’occuper de l’inventaire ou d’aller chez l’imprimeur, chercher des traités nouvellement imprimés.
Souper vers 7h ou 7h30. Moment de détente ;). Les garçons (B et moi) lavent la vaisselle. Puis nous vidons les poubelles : les matières recyclables sont brûlées (horreur!), et les matières compostables jetées dans un terrain vague où les chiens et les cochons se les disputeront. Je vérifie à nouveau mes courriels, j’écris ou je lis, ou encore je parle avec Bryan en jouent un jeu de carrom.
Mardi :
Je m’occupe de la traduction de nos traités dans d’autres langues dont le hindi, le népali, le marathi, le sadri, l’assamais, le santali et le dzongkha. Je suis donc en contact avec les traducteurs de chaque langue. Je leur fais savoir s’il y a un nouveau traité à traduire, je trouve aussi des personnes qui pourront relire le texte des traducteurs pour déceler des fautes. Puis j’apporte la copie terminée chez l’imprimeur. J’ai la responsabilité de rappeler les exigences de la Société Évangélique de Bibles et Traités en matière d’exactitude dans la traduction aux traducteurs, ainsi qu’en matière de qualité d’impression avec l’imprimeur. (en pratique, Michael se charge plutôt de ce dernier point) Je suis aussi en théorie celui qui doit évaluer la nécessité de dévier du contenu de l’original anglais, et permettre aux traducteurs d’adapter légèrement le contenu à leur langue ou à leur culture. Ceci doit se faire avec l’approbation de Michael, et parfois de Lyndon Toews, le secrétaire aux États-Unis. C’est donc ce travail, où boire du thé en compagnie d’un traducteur joue un rôle important, qui remplit souvent la matinée du mardi. Je dois souvent communiquer avec des gens aux États-Unis ou au Canada pour avoir des renseignements.
L’après-midi du mardi est parfois employé à laver la voiture, aller au marché du centre-ville, aller au bureau de poste central, à 40 minutes de chez nous, seul endroit où il y a des casiers postaux. (Nous pouvons envoyer des colis d’un endroit plus proche, c’est pourquoi nous ne cherchons nos lettres qu’une fois par semaine d’habitude.)
Le soir, nous allons dans un orphelinat raconter une histoire aux enfants grâce à un jeu d’images en feutre (flanel graph en anglais). Nous avons trois orphelinats dans lesquels nous participons régulièrement aux dévotions du soir. Ils sont tous situés à moins 15 minutes à pied de chez nous. Outre l’histoire, nous chantons ensemble et nous apportons des images à colorier pour les enfants. C’est toujours l’une des meilleures soirées de la semaine.
Mercredi :
Après les dévotions, B et moi préparons des paquets de traités pour aller remplir des pochettes de traités dans différents endroits : à l’entrée d’hôpitaux catholiques, des écoles catholiques ou baptistes, des églises évangéliques, d’une église anglicane, d’une librairie chrétienne, des commerces appartenant à des chrétiens. Nous essayions de passer toutes les deux semaines à chaque endroit. C’est-à-dire que nous alternons les établissements visités. Ex : semaine A, banlieue ouest de Siliguri (Agam Singh Nagar, Matigara, Shiv Mandir, Bagdogra…), semaine B, centre-ville de Siliguri et banlieue nord (notre secteur, Champasari, Pradhan Nagar). Jusqu’à récemment, cela ne nous occupait pas toute la journée, alors nous passions beaucoup de temps à visiter de églises et à parler à différents contacts pour savoir où exposer nos traités, sans courir de danger auprès des autorités, opposées à l’évangélisation, surtout si elle est pratiquée par des étrangers.
Nous dînons souvent dans un petit restaurant local, à moins d’avoir envie d’une nourriture plus hygiénique, que l’on peut trouver dans les grands restaurants Indiens ou dans les chaînes américaines (Pizza Hut, Subway, KFC, mais pas de MacDonald). Aucun repas restaurant à Siliguri ne peut coûter plus de 10$, somme astronomique pour la majorité des Indiens. (Je connais plusieurs personnes qui ne gagnent pas 20$ par mois, mais alors il y en a aussi des milliers qui gagnent 500 à 2000$ par mois.) D’habitude, un repas moyen dans un petit restaurant coûte 2-3$, mais parfois seulement 1$. Nous revenons aux alentours de 17h. Après avoir rangé ce qui reste de notre matériel (traités, pochettes en plastique, perceuse pour fixer les pochettes à un mur), il est presque l’heure du souper.
Même routine le soir. Parfois nous chantons en famille, ou bien je parle au téléphone avec des amis ou de la famille au Canada.
Jeudi :
La journée commence comme d’habitude. Nous remplissons généralement quelques boîtes de traités que nous allons poster juste avant le dîner. Nous restons en ville pour le dîner. L’après-midi est libre pour nous. Nous faisons un tour au marché pour faire des achats personnels, ou bien nous prenons un taxi collectif pour Kurseong, Mirik ou Kalimpong dans les montagnes (Himalaya) pour faire un peu de tourisme, et respirer un air plus pur et frais.
Vendredi :
Nous commençons par un nettoyage à fond de nos appartements : poussière, moquettes, passer la serpillière, nettoyer la salle de bains. Un peu de tout après cela, selon les besoins : inventaire, remplir des commandes, visiter un ami, acheter du porc, comme c’est le seul jour de la semaine où l’on en trouve ici à Devidanga. L’après-midi se déroule comme celui du lundi avec une leçon de hindi à l’ordre du jour.
Samedi :
Journée polyvalente. Nous sommes parfois allés à un camp d’assistance médicale, où l’on paye un docteur pour venir ausculter gratuitement 100 à 200 personnes. Nous leur offrons d’écouter une partie du récit biblique pendant qu’un pharmacien remplit un sac des médicaments prescrits. Nous leur donnons tous 2 ou trois traités. Les enfants ont droit à une histoire à part et à un traité en couleur pour chacun.
Nous allons parfois jouer avec les enfants d’un des orphelinats voisins, ou encore nous racontons une histoire biblique dans un village en compagnie d’un interprète. Ceci se fait surtout pour les enfants, auxquels nous enseignons des chants en anglais et en hindi.
Dimanche :
Nous restons habituellement chez nous le dimanche, à moins d’être invité à prêcher dans une autre assemblée. Le culte commence vers 10h30 pour se terminer entre 12h et 12h30. Chacun prend son tour pour prêcher, raconter une histoire aux enfants, diriger les cantiques, diriger la discussion lors de l’école du dimanche. Les visiteurs sont rares, parce que nous ne pouvons pas publier que nous nous rassemblons chez nous, et que les gens ont peur que nous ne parlions pas bien leur langue (avec raison).
Après un gros dîner, B et moi faisons la vaisselle, puis nous nous retirons habituellement pour nous reposer ou lire. Nous nous promenons régulièrement dans la plantation de thé avoisinante.
Le soir, un des garçons du voisinage, Loun, vient souvent nous rendre visite. Nous essayions de l’encourager à rester fidèle à son engagement envers Dieu. Il est souvent un peu découragé. Il se cherche un emploi, et songe à choisir l’armée. Sa connaissance de la Bible est l’une des meilleures parmi les jeunes chrétiens du village. Il aime beaucoup chanter et possède une très belle voix et un sens de l’harmonie, même s’il ne sait pas lire des notes. Il est originaire du Manipour, mais n’a pas vécu avec ses parents depuis 12 ans. Il a maintenant 25 ans.
S’il ne vient pas, nous chantons sans lui, puis j’écris, ou bien j’écoute le culte de Roxton Falls (au Québec) par téléphone. Nous ne mangeons qu’une petite collation le dimanche soir.