Archive | Littérature RSS for this section

Mon âme, bénis l’Éternel!

Mon âme, bénis l’Éternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits. C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités,… qui te couronne de bonté et de compassions.

Psaume 103. 2-4

Que mon cœur, Dieu de grâce, en paix jamais n’oublie
Aucun de tes bienfaits.
En ton Fils bien-aimé tu m’as donné la vie
Et le bonheur parfait.
Je le connais, celui qui sauve et qui pardonne,
Dans sa grande bonté.
Des soins de son amour toujours il m’environne,
Dans sa fidélité.
Oui, jusqu’aux cheveux blancs, il nous soutient sans cesse,
Il affermit nos pas.
Il couronne nos jours de grâce et de tendresse
Et ne se lasse pas.
Toujours il se souvient que nous sommes poussière,
Lui qui nous a formés,
Lui qui fut élevé sur la croix du Calvaire
Et nous a tant aimés.
Bénissez le Seigneur, vous, célestes armées,
Vous, ses anges puissants!
Bénissez le Seigneur, toutes choses créées,
Dans de joyeux accents!
Notre âme te bénit là-haut dans la lumière,
Rédempteur merveilleux,
Toi qui règnes déjà à la droite du Père
Dans la splendeur des cieux.
P. Diedrichs

Rescapé malgré moi

Voici un livre passionnant que je viens de lire et que je recommande à tous.

« Rescapé malgré moi »

Koeun Path et Fidji Path-Laplagne

Le livre du mois : « Rescapé malgré moi » Koeun Path et Fidji

Koeun, né d’une famille pauvre et paysanne profite du privilège qu’il a d’aller faire des études pour devenir professeur dans une école primaire dans la capitale du Cambodge : Pnom Penh. Il vit une vie agréable et reposante aux côtés de son meilleur ami Théng, qui est également professeur. Cette situation perdure jusqu’au jour où la capitale est prise par les Khmers rouges (communistes cambodgiens faisant partie de l’Angkar) ; sa situation et celle de sa famille change ainsi radicalement dans la mesure où ils sont contraints de s’exiler et de quitter la ville pour aller rejoindre des camps de travaux forcés.  Le génocide cambodgien est alors entamé par les directives du Kampuchéa démocratique, ce qui contraint Koeun et ses amis à fuir le Cambodge pour espérer atteindre la Thaïlande. Un dangereux et incroyable périple s’engage, réussiront-ils à traverser la frontière pour pénétrer dans ce pays ?

Sans trop vous gâcher la surprise et vous dévoiler encore plus l’histoire voici plusieurs pensées et réflexions que j’ai eues en lisant ce livre :

  • La lecture de cette biographie m’a permis à nouveau de me rendre compte de l’étendue de la souveraineté de Dieu. On voit que quand Dieu désire sauver quelqu’un autant de la mort physique que de la mort spirituelle, il le fait sans problèmes et fait tout concourir au bien de ceux qu’il a prédestinés et connus d’avance. Les événements, les curieuses coïncidences et toute la chance qu’a eu Koeun nous montre qu’il y a bien une personne toute-puissante au contrôle de l’histoire, même quand tout va pour le pire.
  • La miséricorde et l’amour de Dieu ressortent aussi de manière significative dans l’histoire narrée par Koen. Il l’a sauvé de la mort bien plus d’une fois et s’est même révélé à lui directement et spontanément dans sa détresse.
  • Ce livre nous ramène à la réalité de ce monde en nous montrant à quel point l’homme est tortueux et méchant. Il m’a personnellement permis d’en apprendre plus sur l’histoire (donc de me cultiver) et sur le génocide cambodgien, un événement qui a tout de même bien marqué le dernier siècle.Très bon style facile à lire. Toutes les phrases et tous les mots sont écrits de telle façon qu’on ne peut pas s’empêcher de continuer à le dévorer !
  • Une dernière chose qui m’a marquée est la progression du livre : le suspense est gardé de sorte qu’on ne réalise qu’à la fin la nouvelle identité du personnage principal, désormais devenu chrétien. Le résumé du livre n’est pas explicite quant à la conversion de Koeun à Christ, ni le titre d’ailleurs ; ce qui laisse une intrigue intéressante au lecteur qui doit surement se demander : « Mais où est-ce que Koeun veut enfin en venir ? Qu’est ce qui différencie son témoignage et sa personne ? » Ce dernier sera bien comblé de réponses dans les derniers chapitres du livre qui rendent compte de la régénération de Koeun et de ses premiers contacts avec une chrétienne et l’Évangile.
 

Ce livre est  aussi bien accessible aux chrétiens et aux non-chrétiens, il serait très intéressant de l’offrir à nos amis non-croyants, peut-être spécialement à ceux qui sont asiatiques et qui ont connu ou des parents qui ont connu ce genre d’expériences. Cela les motivera à lire ce livre, qui raconte une histoire qui se démarque des autres, car elle pointe non vers le locuteur mais vers Christ, le seul Sauveur et Seigneur qui soit !

Le serviteur hébreu

Un beau poème touchant que j’ai trouvé au détour d’une recherche sur la toile…

Depuis six ans je sers. J’ai œuvré pour mon maître,
Répondant chaque jour à ce qu’il désirait;
Serviteur acheté, j’ai payé cette dette:
Je peux enfin partir, la loi me le permet.

Mais dans cette maison se sont tissés des liens
Plus forts que l’esclavage, plus puissants que la loi;
C’est un motif plus grand, plus beau qui me retient,
Et cette liberté, je ne la prendrai pas.

Mon maître m’a donné, au cours de mon service,
Une femme que j’aime, puis des enfants sont nés,
Pour lui, pour elle, pour eux, je fais ce sacrifice:
Je ne veux pas quitter ceux qu’il m’a confiés.

La marque douloureuse, qui restera gravée,
Sera comme un témoin de ce renoncement;
Mon oreille percée parlera désormais
De l’amour pour mon maître, ma femme et mes enfants.

Comme ce serviteur, Christ a aimé son Dieu,
Son Église chérie, chacun des rachetés.
La trace du supplice, dans son corps glorieux,
Redira son amour durant l’éternité.
R.A. (d’après Exode 21. 1-6)

Au-dessus du nuage

Je suis assuré que ni mort, ni vie, ni anges, ni pouvoirs, ni choses présentes, ni choses à venir, ni puissances, ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu, qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.

Romains 8. 38, 39

Au-dessus du nuage

Contre moi, dans ce monde,
Si l’orage en fureur
Enfle ses flots et gronde,
Troublera-t­-il mon cœur?
Non, je n’ai point de crainte:
Jésus est avec moi,
Et sa présence sainte
Éloigne tout effroi.
La vie est-elle sombre
Quelquefois à mes yeux?
Tu dissipes toute ombre,
Ô Sauveur glorieux!
Au-dessus du nuage
Je peux voir ta splendeur:
Ton regard m’encourage,
Me comble de bonheur.
Si je sens ma faiblesse
Au milieu du danger,
Ne suis-je pas sans cesse
Dans tes bras, bon Berger?
De ton amour fidèle
Qui me séparera?
Abrité sous ton aile,
Rien ne m’effrayera.
A. Ladrierre

Mieux vaut souffrir pour la justice

Il vaut mieux, si telle était la volonté de Dieu, souffrir en faisant le bien, qu’en faisant le mal.

1 Pierre 3. 17

La grâce vous a été faite, à l’égard de Christ, non seulement de croire en lui, mais aussi de souffrir pour lui.

Philippiens 1. 29

Dans ses pièces de théâtre, Pierre Corneille (1606-1684) place ses personnages devant des choix impossibles et douloureux. Choix entre deux valeurs également estimables, par exemple le devoir et l’amour.

Notre vie est faite de multiples choix. Nous les faisons en fonction de nos priorités. Quelles sont-elles? Pour l’un, c’est la famille, pour un autre, les études, ou encore la réussite, le plaisir, l’aventure… Nous choisissons souvent par facilité ou pour ne pas nous démarquer de la pensée dominante. Nous craignons de souffrir si nous n’agissons pas comme tout le monde, de subir des préjudices si nous n’acceptons pas l’injustice. Mais la Bible nous dit: “Il vaut mieux souffrir en faisant le bien, qu’en faisant le mal”.

Et moi, ai-je choisi le bien malgré la souffrance?

Je peux connaître dans mon travail une situation délicate lorsqu’il m’est demandé, par exemple, de donner une réponse équivoque ou mensongère pour obtenir un marché. Si je ne la donne pas, mon patron risque d’en être contrarié, mais j’aurai fait le bien. C’est d’abord devant Dieu que je suis responsable!

Intérieurement, le choix essentiel est celui de la vérité. Il s’agit soit de croire à la vérité, soit de croire au mensonge. Celui qui ne croit pas en Jésus Christ fait erreur. Il ne s’agit pas seulement de dire ou de connaître la vérité, il faut la croire, croire que Jésus est mort pour me délivrer de mes péchés.

Je suis chrétien car Dieu m’a donné de rechercher la vérité. La vivre avec Jésus entraînera de l’opposition, de la souffrance… Mais Dieu me dit que cela vaut mieux!