L’amour de Jésus

«Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent» (Marc 10.14).

«On lui amena des petits enfants, afin qu’il les touchât. Mais les disciples reprirent ceux qui les amenaient. Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point. Puis il les prit dans ses bras, et les bénit en leur imposant les mains» (Marc 10.13-16).

Jésus aime et se soucie de tous les garçons et filles de ce monde. Il veut vivre dans vos cœurs. Il a un plan pour chacun d’entre vous et veut diriger votre vie.

Alors que Jésus parlait à ses amis, il leur enseigna que les garçons et filles sont nettement plus importants que les fleurs et les oiseaux. Les oiseaux ne sèment pas et ne mettent pas de côté la nourriture. Dieu les nourrit. Il les aide à trouver les insectes et les graines qui leur servent de nourriture. Les fleurs flétrissent en quelques jours. Dieu leur donne leurs merveilleuses formes et couleurs. Mais vous êtes bien plus importants pour lui que ces choses. Et donc si Dieu prend soin des oiseaux et des fleurs, il prendra certainement soin de tous les garçons et filles (Matthieu 6.25-33).

Il vous donne de la nourriture et des vêtements et il vous aide à être bon et gentil. Vous devez avoir confiance en lui, car il sait ce qui est le meilleur pour vous. C’est un Dieu d’amour qui veut aider tous ceux qui sont dans le besoin. Malade, tracassé ou triste, il vous aidera. La Bible dit : «si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute» (1 Jean 5.14).

Un père avait deux fils. Le plus jeune dit : «Donne-moi la part de bien qui doit me revenir». Il la prit et s’en alla loin de la maison. Lui et ses amis gaspillèrent l’argent et eurent du bon temps. Bientôt l’argent vint à manquer. Alors, ses amis le quittèrent. Un homme l’employa comme porcher, mais il n’avait rien à manger. Il avait tellement faim! Il se mit à penser : «Les serviteurs de mon père ont de la nourriture en abondance. Je vais retourner à la maison et je dirai à mon père : j’ai péché, je ne peux plus être traité comme ton fils. Puis-je travailler comme un de tes serviteurs?» Et le voilà reparti pour la maison de son père.

Celui-ci attendait son fils. Comme il lui manquait! Dès qu’il vit son fils venir, il courut, se jeta à son cou et le couvrit de baisers. Le fils dit alors : «J’ai péché. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes serviteurs.» Mais le père lui avait déjà pardonné. Il dit à ses serviteurs : «Apportez la plus belle robe, et l’en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds. Amenez le veau gras, et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous ; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé» (Luc 15.11-24).

Cette histoire nous montre combien Jésus aime également tous les pécheurs. La Bible nous dit : «il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent» (Luc 15.10).

Les Écritures nous rapportent une autre histoire au sujet de l’amour de Jésus envers nous tous.

Un jour un homme voyageait sur une route déserte. Il rencontra des brigands sur le chemin. Ils sautèrent sur lui et le blessèrent. Ils le dépouillèrent et le laissèrent à demi-mort. Le pauvre homme blessé ne pouvait plus se déplacer. Un prêtre descendait par le même chemin et le voyant, passa outre sans le secourir. Par la suite, un lévite descendit la route. Lui aussi vit l’homme. Il s’arrêta, mais ne l’aida pas et passa outre de l’autre côté.

Un Samaritain, chevauchant son âne, emprunta également le chemin. Quand il vit l’homme souffrant, il s’approcha pour voir s’il ne pouvait le secourir. Il lava les plaies avec de l’huile et du vin et les pansa. Puis il mit l’homme sur sa bête et le mena à l’auberge la plus proche. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : «Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour» (Luc 10.30-35).

Jésus veut que nous soyons charitables et bons envers ceux qui sont dans le besoin. Quand l’amour de Jésus vit dans nos cœurs, nous ne ferons plus rien par égoïsme ou orgueil. Mais, dans l’humilité, nous penserons plus aux autres qu’à nous-mêmes. Nous ne considérerons plus que nos intérêts propres, mais nous essaierons de ressentir ce que les autres ressentent. La Bible dit : «mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres» (Galates 5.13).

Nous devons aimer nos ennemis et pardonner à ceux qui nous maltraitent. Il ne faut jamais rendre le mal pour le mal.

Si l’amour de Jésus habite dans nos cœurs, nous serons bons envers nos amis, obéissants envers nos parents et heureux de raconter aux autres garçons et filles ce que le Seigneur a fait pour nous.

Jésus nous a tellement aimés qu’il est mort sur l’atroce croix pour nos péchés. À notre tour, nous devons l’aimer à un tel point que nous lui donnons nos cœurs et nos vies.

«Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier» (1 Jean 4.19).

Tu m’as aimé, Seigneur

Tu m’as aimé, Seigneur,
Avant que la lumière
Brillât sur l’univers
Que ta voix a formé,
Et que l’astre du jour,
Parcourant sa carrière,
Versât la vie à flots
Sur la nature entière :
Mon Dieu, tu m’as aimé!
Mon Dieu, tu m’as aimé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s